Notre situation de confinement ne nous permettra pas de recevoir le sacrement du pardon devant un prêtre. Alors comment se préparer à la fête de Pâques sans ce sacrement ? Une démarche pénitentielle est possible en accord avec l’Eglise catholique. Notre évêque l’explique dans sa note N°5 en période de confinement. A découvrir aussi une interview du Père Franck Viel sur Radio Fidélité Mayenne, et une proposition de démarche à vivre chez soi.

Le Pape François, la Pénitencerie apostolique, et notre évêque, dans la note n° 5 du diocèse, ont rappelé aux fidèles la possibilité, dans des circonstances exceptionnelles de vivre une démarche pénitentielle personnelle pour demander à Dieu son pardon.

Est-ton vraiment pardonné par le Seigneur, sans le sacrement ?

Peut-on finalement s’en passer ? Pas si sûr, explique le Père Franck Viel, vicaire épiscopal chargé de la pastorale liturgique et sacramentelle. Tout est dans la vérité, la sincérité, la volonté de se mettre sous le regard du Seigneur. Une absolution vraie est donnée, à la condition que l’on s’engage à rencontrer un prêtre dès que cela sera possible « en vrai ». Ecouter ses explications ici.

Vivre une démarche pénitentielle à domicile

Le site du service national de pastorale liturgique et sacramentelle et le service diocésain de liturgie vous proposent un chemin pour préparer cette démarche personnelle de demande de pardon.