14 octobre 1900 -14 octobre 2022

Les participants sont unanimes, c’était une magnifique soirée ! Surprenante même, car inédite.

C’était beau pour les yeux : la statue de Notre Dame des Miracles mise en lumière dans la nuit, portée par un petit bateau (dont le moteur se faisait discret), avançant doucement sur les eaux de la Mayenne ; et chacun, portant un flambeau habillé d’une corole finement découpée (qui permettait aussi d’avoir sous les yeux les paroles des chants).

C’est 200 personnes qui ont manifesté leur attachement et leur gratitude à Marie, l’honorant de leur présence, de leur prière et de leur chant, sans même se laisser perturber par la bruine du moment.

La chorale paroissiale non seulement entrainait et soutenait les chants mais nous offrait aussi la beauté de la polyphonie. Pour une procession, ce n’est pas habituel ! Et cornet et clarinette ajoutaient à l’atmosphère, leur timbre chaud.

La statue de Marie était tournée vers la rive, vers les pèlerins. Elle était si belle, elle semblait nous regarder.
Nous étions dans l’émerveillement : « D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? » Lc 1,43.

Bien sûr, il ne s’agit pas de vénérer la statue pour elle-même mais bien la personne qu’elle représente et dans la foi, nous pouvions prendre conscience, et le vivre avec notre corps sensible tout en processionnant, que Marie nous accompagne, qu’elle est présente à notre vie mayennaise.
Qu’elle se trouve non plus dans l’église mais au cœur de la ville, signifiait sa présence pour tous.
Cette pérégrination était en effet riche de symboles. La vie de Dieu s’inscrit dans nos lieux de vie et on a besoin de signes pour l’exprimer.

Portée ensuite sur son brancard par de jeunes garçons robustes (la statue pèse 70kg !), et recevant les fleurs des enfants, elle est passée d’une rive à l’autre, entrainant la foule à sa suite et la conduisant à son Fils pour l’Eucharistie.- à l’image de notre Espérance qui nous fait envisager de rejoindre le Ciel à sa suite.

L’Ave Maria était chanté avec beaucoup de ferveur pour l’ouverture de la messe à la basilique. Les voix d’enfants, le fleurissement, ajoutaient encore une touche de beauté. La présence de la statue originale rayonnait. L’unité, la joie, La foi de l’assemblée étaient palpables.

Nous étions dans notre maison église, nous inscrivant dans l’histoire du lieu, entre ces murs anciens, élevés, agrandis, réparés, consolidés, honorés du titre de basilique il y a 122 ans, le 14 octobre 1900.

Une soirée qui nous a fait toucher le Ciel à moins que ce soit le Ciel qui soit venu nous toucher, à l’image de la pluie de ce soir, tombée avec douceur.

Homélie

Accueil : Frères et sœurs, chers amis, chères familles,

Bienvenue en cette basilique pour le 122ème anniversaire de l’élévation de notre Eglise Notre Dame en basilique Notre Dame par le pape Léon XIII, le 15 mai 1900. Et c’est le 14 octobre suivant que les chrétiens de Mayenne ont fêté localement cet événement. Les raisons invoquées par le pape Léon XIII sont les suivantes : « ancienneté du lieu, grandeur de son vaisseau, éclat de son culte ». Cette basilique est vraiment un bel écrin pour vénérer ND des miracles qui nous conduit à son Fils : « Vierge sainte, Dieu t’a choisie depuis toute éternité pour nous donner son Fils bien-aimé, pleine de grâces, nous t’acclamons ». En cette fête à Marie, confions-lui nos peines et nos joies, confions-lui la paix dans le monde et la paix sociale dans notre pays, « ouvrons des chemins de joie » avec les habitants de notre territoire. Reconnaissons que nous sommes pêcheurs et sauvés, en Jésus-Seigneur.

 

Homélie de P. Pierre-Marie : Ne 8, 2-4a. 5-6. 8-10 ; Magnificat ; Lc 19, 1-10

Chers amis,
Le pape François conseille aux prédicateurs une image, une idée, un sentiment
Une image : la maison
Une idée : prendre soin de sa maison
Un sentiment : la joie d’habiter sa maison

Chers amis,
Combien, chacun de nous, avons-nous de maisons, que nous soyons riche ou pauvre, que nous soyons propriétaire ou locataire ?

La maison de famille….pour vivre en sécurité, pour grandir, pour apprendre tout ce qui est le plus important dans la vie….Cette maison de famille est normalement fondée sur la terre ferme, mais elle peut être mobile comme un bateau ou un camping-car. A Mayenne, avec l’entreprise Rapido, nous savons ce que c’est qu’une maison mobile ! Dans l’Evangile, Jésus s’invite dans la maison de Zachée : « Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison ». Et cette maison hospitalière devient une maison de la joie : « Vite, il descendit et reçut Jésus avec joie », une maison de partage : « « Voici, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus », une maison du salut : « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d’Abraham ».

La maison de Dieu, l’église. Elle est à tout le monde. Il y en a même trois qui nous sont normalement encore plus proches : notre église paroissiale, notre église cathédrale à Laval, notre église cathédrale à Rome !  Elle nous est offerte pour « chanter, prier, célébrer », recevoir les sacrements, se nourrir de la Parole de Dieu, grandir en sainteté….

Il y a une maison encore plus grande : « la maison commune » (Pape François), la création que nous devons nous partager pour en prendre soin : la terre, l’eau, la lumière/l’énergie, l’air. La famille humaine dont nous sommes membres habite la terre, sous le regard de son Père et Créateur

Nous habitons tous une 4 e maison ou une 1 e maison ! Une maison mobile, même si nous n’avons pas de bateau ou de camping-car. Chacun de nous est comme une maison, une demeure. Il suffit de fermer les yeux et nous expérimentons à longueur de journée que notre corps est habité par une conscience avec une intelligence, une volonté, un cœur, une mémoire, une imagination. Nous sommes habités de mille pensées, de milles sentiments, de mille visages, nous sommes habités par les autres. Par le baptême, nous sommes habités par Dieu. « Frères, vous êtes une maison que Dieu construit. Ne savez-vous pas que vous êtes un sanctuaire de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? » 1 Co 3. La maison la plus belle, c’est Jésus : « Détruisez ce temple, en 3 jours, je le rebâtirai ». Jésus ne parlait pas du temple de Jérusalem, mais du temple de son propre corps, car le Père demeure en Jésus et Jésus dans le Père…La maison la plus belle après Jésus, c’est Marie, Arche d’Alliance, parce que son cœur est habité de son Fils et de chacun de nous

Chers amis,
Prenons soin de nos 4 maisons, à commencer par nous-mêmes et par nos proches. Prenons soin, en même temps, des 4 maisons : notre personne-maison, notre maison familiale, notre maison commune, notre église paroissiale. Nous avons processionné derrière les statues de Marie et de Jésus illuminés sur un bateau. Notre basilique pourtant vaste est trop petite pour contenir Jésus et Marie et les saints. Ils habitent le monde entier. Nous allons retourner dans nos maisons pour que Dieu y demeure avec sa paix et son amour, avec sa force. Nous pourrons y déposer une statue de ND des miracles que je vais bénir à la fin de la messe. A force de la regarder avec admiration et de la prier, à force de suivre Jésus, le Royaume grandira dans notre cœur, dans notre maison, dans notre monde. Jésus continuera de faire des merveilles ou « des miracles » en nos vies.

Chers amis,
Puisse cette image habiter notre imagination : la maison,
Puisse cette idée ne plus jamais nous quitter : prendre soin de sa maison,
Puisse ce sentiment et cette grâce nous accompagner toujours : la joie d’habiter nos maisons

AMEN ALLELUIA MARANATHA

 

Quelques photos de la procession