Espérance et vie est un mouvement chrétien qui a pour mission d’accompagner la  personne veuve, homme ou femme, dans ses premières années de veuvage. En Mayenne, Monique Lepage reprend le flambeau et relance une équipe. Interview

Pourquoi relancer le mouvement Espérance et Vie en Mayenne ?
Après le décès de mon mari en mars dernier, j’ai réalisé que, dans mon quartier, de nombreuses personnes se retrouvaient seules (seuls) . Une de mes voisines, veuve également, est venue vers moi et nous avons longuement échangé…  A mon tour, je suis allée rencontrer des veuves même si elles se disaient « non pratiquantes ». Des amis, à qui je me confiais, m’ont parlé du mouvement Espérance et Vie. 

Qu’est-ce qui est important pour vous dans le fait de recréer une équipe ?
Madame Rolande Dufour de Château- Gontier, dernière responsable, regrette que le mouvement soit  » en sommeil » ; Pour elle, recréer du lien entre veuves (veufs) est très important. Le fait de se retrouver en petit groupe, d’échanger, de se confier, de s’entraider sous le regard de Jésus, permet de faire face au deuil de notre conjoint (te), de surmonter le chagrin et la solitude.

Qui contacter pour entrer dans le mouvement, ici en Mayenne ?
Après réflexion, conseil et discernement, je me propose de donner une nouvelle impulsion au mouvement : « Espérance et Vie ». Début octobre, je participerai au grand rassemblement à Lourdes et je prendrai contact avec les dirigeantes régionales et nationales avec qui je suis déjà en relation par internet et téléphone…Une responsable se propose de venir à Laval très bientôt pour une présentation. 

En attendant, vous pouvez me contacter : Monique Lepage à Changé
E-mail : lepage.monique@yahoo.fr
Tel : 06 02 23 49 47

Monique Lepage
Connaître le mouvement Espérance et Vie

Un mouvement qui date de la Seconde Guerre mondiale

Le mouvement est présent dans 70 diocèses environ en France. Pendant la Seconde Guerre mondiale, de jeunes veuves se sont réunies à Paris pour s’entraider et prier. Elles ont sollicité le Père Henri Caffarel qui accompagnait les couples. De là est né le Groupement spirituel des veuves. Petit à petit, des groupes ont démarré dans toute la France. Dès 1945, le mouvement est devenu association loi 1901. En 1977, il se nomme Espérance et Vie, Mouvement Chrétien des Veuves. Avec l’évolution de la société, il devient mixte en 2000 et s’appelle aujourd’hui : Mouvement chrétien pour les premières années du veuvage et l’accompagnement des veufs et veuves.

 

Accompagner chaque veuf ou veuve dans sa spécificité

Après l’annonce du décès, brutalement ou suite à une maladie, le « survivant » ressent souvent un grand vide (sens du mot « veuf »), une mutilation. Il entre dans un nouvel état qui l’exclut du groupe social des couples. La tristesse envahit la personne veuve. Bien sûr le quotidien est modifié : repas, finances, organisation matérielle… La solitude est grande, la vie du conjoint s’est arrêtée ; celle du couple aussi. Le partage de dialogue, de tendresse et de complicité n’existe plus. Il faut décider seul pour tout.. Et puis il y a l’angoisse de l’avenir : éduquer les enfants, vieillir seul…explique Jeanne.

 

Accompagner et aider chacun à se reconstruire

Quels que soient votre âge, le climat affectif qui régnait entre vous, la foi dans votre couple, l’âge de vos enfants, des réactions communes se retrouvent chez chacun, chacune d’entre vous :

  • L’anéantissement,
  • Un certain enfermement dans la douleur,
  • Un grand malaise,
  • Des questions…

 

Un lieu d’accompagnement et de passage pour :

  • Exprimer sa révolte, ses questions et ses luttes… sans craindre les jugements, pitiés, intolérances ou incompréhensions.
  • Chercher à comprendre pourquoi cette rupture, ce vide, ce désarroi, cette solitude, cette culpabilité, cette révolte.
  • Découvrir la richesse des échanges au cœur de la souffrance.
  • Apprendre à vivre aujourd’hui, à accepter ses limites, à rester « vivant », à trouver l’espérance. et évoluer sur un cheminement spirituel en toute liberté.

 

Veufs et veuves dans l’Eglise

Le veuvage éprouve la foi comme le creuset éprouve l’or. Les personnes touchées par la mort rappellent à l’Eglise que la foi n’est pas certitudes et pieuses formules : elle se forge pas à pas, pauvrement, dans les tâtonnements arides d’un vécu humain. Baptisés, les veufs témoignent que la foi n’est pas une assurance tous risques mais un dépouillement : au pied du mur de leur souffrance ils approchent avec humilité le Dieu présent aux nuits et aux doutes, un Dieu qu’on ne possède pas ; ce Dieu que Marie-Madeleine désire retenir au matin de Pâques mais qu’elle doit laisser aller, car il est vivant et l’envoie vers une nouvelle mission.

Les veufs sont signes d’espérance. Avancer est un défi par amour. La foi ne fait pas oublier l’absence ; l’absence ouvre une autre présence et appelle à croire et à vivre autrement, dans l’attente des retrouvailles avec tous ceux qui nous précèdent dans ce passage, pour vivre pleinement la Joie de l’Amour.

La prochaine rencontre nationale du mouvement aura lieu à Lourdes les 1er, 2 et 3 octobre 2022.
autour du thème  » Veuves, veufs, ENSEMBLE, PORTONS L’ESPÉRANCE « 

Valérie Fourtané