Samedi 23 janvier, le service diocésain de la Pastorale Familiale a reçu au Prieuré de la Cotellerie une douzaine de personnes qui vivent seules à la suite d’une séparation ou d’un divorce. Âgés de 30 à 80 ans, hommes et femmes, fidèles à leur première union depuis des années ou dans la tourmente d’une procédure de divorce en cours, ils sont venus approfondir leur relation à Dieu et vivre un temps fraternel. 

Les enseignements assurés par le Père Luc Meyer portaient sur les thèmes « A la source de la joie et de l’espérance » et « S’accueillir soi-même comme un cadeau de Dieu ». A partir de l’étymologie du mot « divorce » — chemin qui se divise en deux — les participants ont été invités à contempler ce qui fut beau et vrai quand la route était commune, et à réfléchir sur un art de vivre pleinement chaque jour donné.

Odile Renié, conseillère conjugale et familiale au CLER, a apporté son expérience d’écoute pour animer les échanges et faciliter la parole. Le frère Marie-Jean Bonnet s’est également rendu disponible toute la journée, manifestant la prévenance des Petits Frères de Marie.

Messe partagée avec la Communauté, enseignements, déjeuner convivial, confessions, adoration, échanges ont rythmé cette journée de récollection, chaleureuse en dépit des gestes barrière. Les chemins se sont laissés rejoindre, notamment grâce aux références si variées du Père Meyer, qui, pour éclairer l’Écriture, invoque tour à tour un théologien protestant, un vieux sage amérindien, Benoît XVI et Anne-Dauphine Julliand.

Il invite surtout chacun à prendre soin de son dialogue intérieur, lieu où Dieu se rend présent, en cultivant en soi un langage qui ne blesse pas… et éventuellement en se rapprochant du service de la Vie Spirituelle du diocèse !

Cette récollection, déjà proposée à la demande de notre évêque dans les années antérieures, devrait se renouveler en 2022.

Anne Collongues,
membre du service diocésain de la Pastorale familiale

©Petits Frère de Marie Mère du Rédempteur