« Tends la main aux pauvres » Est le thème retenu par le Pape pour la 4ème journée mondiale des pauvres, ce 15 novembre. Elle correspond en France à la journée nationale du Secours-Catholique (Caritas France).

Avec cette expression toute simple tirée du livre de Ben Sirac au chapitre 3, verset 32, le sage, nous retrouvons bien la simplicité des images que le Pape affectionne. Image simple et significative. « Tendre la main est un signe qui rappelle immédiatement la proximité, la solidarité, l’amour».

Nous ne pouvons plus nous tendre la main pour nous saluer, et c’est une véritable frustration en ce moment ! Mais heureusement d’autres mains n’arrêtent pas de se tendre : mains des soignants, des bénévoles, des enseignants, pour apporter proximité, soutien et consolation.

« Tendre la main aux pauvres fait ressortir par contraste l’attitude de ceux qui tiennent leurs mains dans leur poche, ou les tiennent fermées, ne se laissant pas émouvoir par la pauvreté dont ils sont parfois complices».

« Debout, mains tendues, mains ouvertes » pour recevoir le Don de Dieu, c’est ainsi que les chrétienne viennent souvent communier, notamment durant la pandémie. C’est également ainsi que le chrétien doit se tenir dans la vie, mains tendues, mains ouvertes, pour recevoir et donner. Cela ne se fait pas en paroles, mais en actes, par une véritable rencontre. « Chaque rencontre personne en situation de pauvreté nous provoque et nous interroge. Comment pouvons-nous contribuer à éliminer ou, du moins, à soulager sa marginalisation et sa souffrance ? Comment pouvons-nous l’aider dans sa pauvreté spirituelle ? La communauté chrétienne est appelée à s’impliquer dans cette expérience de partage, sachant qu’il ne lui est pas permis de la déléguer à qui que ce soit ».

Dans la joie de citer ici l’éditorial du Père Arnaud Laganier,
que j’ai connu au séminaire de Nantes.
Il est actuellement curé de la paroisse Saint-François en Saint-Nazaire.
                                                                                P. Luc MEYER