L’Avent, le temps de l’attente, de l’espérance et du désir. 

Voici le temps du long désir… Ce dimanche 27 novembre, nous entrons dans ce temps si particulier de l’Avent : quatre semaines qui nous emmèneront vers la joie de Noël ; quatre semaines que l’Église nous invite à vivre comme le temps de l’attente, de l’espérance et du désir.

©pixabay

Arrivée, venue, présence

« Avent », du latin adventus, se traduit par « arrivée », « venue » : l’Avent est le temps par excellence de l’attente, non pas celle lasse et oisive qui assèche le cœur, mais celle joyeuse et confiante qui nous prépare à rencontrer Celui qui doit naître : « Viens, Seigneur Jésus ! ».

Mais « adventus » se traduit également par « présence » : car le temps de l’Avent est un temps pour réaliser que Dieu est déjà parmi nous. Nous sommes invités, durant ces quatre semaines précédant Noël, à nous arrêter, à faire silence, non pas pour attendre que le Seigneur arrive à nous, mais pour découvrir qu’Il est déjà là. Benoît XVI nous dit que l’Avent « est une invitation à comprendre que chaque événement de la journée est un signe que Dieu nous adresse, un signe de l’attention qu’il a pour chacun de nous. Combien de fois Dieu nous fait percevoir le signe de l’amour ! L’Avent nous invite et nous encourage à contempler le Seigneur présent » (Homélie des vêpres du 28 novembre 2009, en la Basilique Saint Pierre de Rome).

Comment vivre ce temps de l’Avent ?

L’Avent, enfin, est profondément le temps de la joie, « une joie intériorisée, qu’aucune souffrance ne peut effacer. La joie du fait que Dieu s’est fait enfant. […] La Vierge Marie, par qui nous a été donné l’Enfant Jésus, est le modèle et le soutien de cette joie profonde. Puisse-t-elle nous obtenir, fidèle disciple de son Fils, la grâce de vivre ce temps liturgique vigilants et actifs dans l’attente.
Amen !
» (Benoît XVI, ibid.)

Accéder à notre dossier sur l’Avent

Le calendrier de l’Avent