C’est sous les applaudissements de la cathédrale comble que l’évêque de Laval a annoncé, pendant la messe chrismale, le 10 avril dernier, la tenue d’un synode diocésain. Ce sera le tout premier synode en Mayenne. Premières explications.

Lorsque dans son homélie, Mgr Scherrer s’est exclamé : « Un baptisé ne saurait vivre comme un vieux garçon ou une vieille fille », ce n’est pas contre le célibat que l’évêque s’en est pris ce soir-là, loin de là.  L’évêque a invité plutôt à « respirer à la hauteur de notre dignité » pour reprendre le mot St-Augustin, à nous tourner vers la dimension du témoignage. Car le fidèle laïc n’est pas une main d’oeuvre à bon marché pour la hiérarchie ecclésiale, mais « un formidable réservoir de charismes et de talents. »

C’est pour activer ce formidable réservoir et pour « attiser les braises » de foi qui habitent encore le coeur de nombreux croyants que l’évêque Thierry souhaite faire vivre ce synode.

Celui-ci n’en est qu’à l’état d’ébauche. Une première rencontre aura lieu avec les responsables de services et mouvements du diocèse le 23 mai prochain. Et les premières rencontres vraiment synodales ne devraient commencer que l’année prochaine. En attendant, nous sommes appelés à préparer nos coeurs à recevoir ce synode comme une grande chance pour la foi de tous, une grande respiration.

 

Pour comprendre la démarche synodale, et en attendant le plan de synode de notre diocèse, découvrons le carnet de route du diocèse  de Bordeaux qui a commencé fin 2016. Il se terminera en janvier 2018.

Qu’est-ce qu’un synode diocésain ?

Le Synode est une institution très ancienne dans l’Église. Le Droit de l’Église le définit ainsi : « Le synode diocésain est la réunion des délégués des prêtres et des autres fidèles de l’Église particulière qui apportent leur concours à l’Évêque diocésain pour le bien de la communauté diocésaine tout entière ». Un synode comporte une ou plusieurs assemblées. Elles doivent refléter la diversité de la composition du Peuple de Dieu : prêtres, diacres, laïcs, religieux, religieuses. Elles doivent aboutir à la proposition de décisions et d’orientations pour tout le diocèse. Le terme « Synode » vient du grec « Sun-odos » qui veut dire « marcher ensemble ». C’est une véritable révision de vie de notre Église diocésaine, un temps de discernement, où chacun est invité à apporter sa pierre à l’édification de l’ensemble. Un synode est un beau lieu de coresponsabilité de tous les baptisés. Récemment le pape François soulignait combien notre Église devait être de plus en plus synodale : « Le monde dans lequel nous vivons, et que nous sommes appelés à aimer et à servir même dans ses contradictions, exige de l’Église le renforcement des synergies dans tous les domaines de sa mission. Le chemin de la « synodalité » est justement celui que Dieu attend de l’Église du troisième millénaire ».

Source : Diocèse de Bordeaux