Le passé dans lequel s’inscrit l’Espace Saint-Julien est mis en lumière jusqu’au 28 janvier 2022, aux Archives départementales de la Mayenne. Son avenir promet d’être tout aussi palpitant que ses mille ans d’hospitalité : un lieu de résidence intergénérationnel, de rencontre, de partage et d’entraide.

L’exposition est riche de documents d’archives inédits, registres anciens, ouvrages imprimés, photographies qui permettent de replonger dans ces mille ans d’hospitalité. Dès le XIe siècle, il semble que le Seigneur de Laval ait établi, au pied de son château, un lieu ouvert pour passants et pèlerins. Par la suite une chapelle et une aumônerie destinées à abriter pauvres et infimes sont construits. L’établissement de charité est alors placé sous la protection de Saint-Julien qui fut évêque du Mans au IIIe siècle pour honorer le saint homme qui portait une attention particulière aux indigents sur son territoire.

Un peu d’histoire

Au début du XVe siècle, les affrontements de la guerre de 100 ans ont fait des ravages. En 1451 on entame alors l’indispensable reconstruction. 

Dès 1650 s’installent des religieuses hospitalières de St-Joseph.

En 1650, l’arrivée des religieuses hospitalières correspond à une période où les besoins sont à la foi croissants et mieux pris en compte. Si les personnes accueillies à l’hôtel Dieu sont à l’origine des « pauvres passants », pèlerins, vieillards et indigents, les lavallois réclament aussi de plus en plus à être soignés à Saint-Julien, d’où une augmentation du nombre de lits. Les bâtiments sont trop exigus et à certaines périodes les malades sont deux par lit. Pour y remédier, dès 1714 on érige le bâtiment des « incurables » jusqu’alors soignés à l’extérieur de la ville.

L’année 1765 voit poindre une période difficile. En effet, la pénurie de ressources et de recrues éprouvent la communauté de Laval. Si les religieuses assurent les soins avec zèle, il n’y a pas encore de médecins affectés à l’hôtel-Dieu. Selon les périodes, plusieurs praticiens cohabitent. C’est après la révolution que la situation se clarifie avec des nominations de praticiens.

En 1795, St-Julien devient un hôpital mixte chargé à la fois du soin des civils et des militaires. Pendant la guerre de 1870, 2073 militaires malades ou blessés sont alors soignés à St-Julien. Ce sera également le cas en 1914.

Bâtie entre 1895 et 1900 sous l’impulsion conjointe des religieuses hospitalières et de l’architecte de la ville, Léopold Ridel, une chapelle dédiée à St-Joseph est érigée. Elle frappe par sa dimension, sa fonctionnalité et sa solennité. 

Saint-Julien aujourd’hui pour demain 

En 2016 alors que l’ancien hôpital est mis en vente par la mairie de Laval, un groupe de Lavallois déjà engagés bénévolement réfléchit à un projet qui permettrait à la fois de préserver le patrimoine historique et de lui redonner sa vocation d’accueil et d’hospitalité. C’est ainsi que naît le projet d’ « Espace Saint Julien » un lieu de vie intergénérationnel à visée sociale et éducative. Dans une société où les liens sociaux sont distendus, voire brisés, la solitude est une grande souffrance. Aujourd’hui en effet, les générations vivent les unes à côté des autres. Elles se croisent, mais ne trouvent pas véritablement d’espace pour partager, se rencontrer, et s’entraider. C’est ce constat qui a poussé les initiateurs du projet à imaginer une autre façon de vivre, de travailler, et de passer du temps ensemble. 

Ce modèle social original s’incarne en 2022, à l’Espace Saint-Julien qui unira les générations au cœur de la ville, dans une atmosphère de bienveillance et de solidarité.

©Louise-Vittori

Exposition aux Archives départementales de la Mayenne à voir jusqu‘au 28 janvier 2022

« Saint-Julien, un millénaire au service de l’hospitalité »

6 place des Archives, 53000 Laval.

Du lundi au vendredi, de 9h à 12h30 et de 13h à 17h – Entrée libre

Entrée libre et gratuite.