La Saint Sylvestre sonne le glas de l’année calendaire. Fêtée le 31 décembre, elle donne lieu à un réveillon au cœur de l’hiver et se présente comme un rite de passage : dire adieu à l’année passée avant de sauter dans l’inconnu. Fête païenne, elle a néanmoins une origine chrétienne. Zoom sur la Saint Sylvestre qui se met sur son trente-et-un.

 

Pendant longtemps, le jour choisi pour célébrer la fin de l’année n’était pas fixé à une date précise. A l’époque romaine, la fête se déroulait par exemple au mois de  février. C’est sous Jules César que la date de la fin d’année est fixée au 31 décembre. Le fameux réveillon dont on parle couramment ne concernait alors que celui de la veillée de Noël. Il faudra attendre le XVIe siècle et Charles IX pour que la fête du 31 décembre entre dans nos mœurs. C’est lui en effet qui décrète le 1er janvier, premier jour de la nouvelle année, par l’édit de Roussillon en 1564.

Alors, que fête-t-on le 31 décembre au soir ? La fin d’une année qui a apporté son lot de joies mais aussi de peines et le début d’une année que l’on souhaite toute empreinte de bonheur ? Saint Sylvestre serait-il le saint patron des amateurs de bamboche ? Mais rendons à Dieu ce qui est à Dieu, penchons-nous sur cette Saint Sylvestre ?

Qui était saint Sylvestre ?

Le pape Sylvestre porte un nom d’origine latine, qui signifie « celui qui vit dans les bois ». Ce nom est évidemment beaucoup plus connu par la référence au réveillon de fin d’année que par le témoignage de ce pape de Rome au temps de Constantin. Prêtre romain, Sylvestre succède au pape Miltiade, au lendemain de la « paix » constantinienne. Pendant un pontificat de près de vingt-deux ans (314-335), le pape Sylvestre verra l’Église « sortir des Catacombes » et prendre son essor après un temps de persécutions. Ce fut également une période sous tension car le pape devait gouverner aux côtés de l’empereur, grand bienfaiteur de l’Église !

L’Eglise porte l’empreinte de ce 33e pape

C’est sous son règne que le christianisme fut reconnu comme religion de l’Empire romain avec la conversion de l’empereur Constantin le Grand. Celui-ci fit édifier la basilique de Saint-Jean-de-Latran, la basilique de Sainte-Croix de Jérusalem , la basilique de Saint-Paul-hors-les-Murs et la basilique de Saint-Laurent.

Saint Sylvestre compte également à son actif pastoral d’avoir veillé au patrimoine doctrinal de l’Église. C’est lui en effet qui convoque un concile régional à Arles en 314 et surtout le concile œcuménique de Nicée en 325, pour lutter contre l’hérésie de l’Arianisme.

On peut remercier ce Pape du début du IVe siècle qui a fait de Rome cette « Ville éternelle », comme on a coutume de la nommer, la faisant passer du paganisme à la religion du Christ. Le pape Sylvestre terminera son ministère le 31 décembre 335. Il est un des premiers papes non martyrs.

En la veille de l’Année nouvelle 2022, nous pouvons offrir à tous, nos vœux sincères en prenant la prière d’ouverture de la Messe du jour : « Seigneur, viens au secours de ton peuple, soutenu par la prière du bienheureux pape Sylvestre ; conduis-le tout au long de la vie présente, pour qu’il mérite la joie d’entrer dans la vie sans fin ».

Saint Sylvestre 1er, baptisant Constantin 1er, empereur romain.
©wikipedia.org