Que va penser le prêtre ?

La peur d’être jugé par le prêtre est un frein tenace pour empêcher de recevoir le pardon de Dieu. Pourtant, le prêtre et lui aussi rempli de faiblesse, il connaît d’expérience combien il est difficile parfois de se confesser. Aussi, au lieu d’écraser le pénitent qui s’accuse d’une faute dont il a honte, il va plutôt l’admirer. Une personne qui demande pardon et toujours infiniment plus grande que sa faute. Elle grandit dans l’humble reconnaissance de ses manquements. Bien loin de déprécier le pêcheur, le prêtre participe à la grande joie de Dieu de pardonner : « il y a de la joie chez les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se convertit » (Luc 15,10)