Le 22 mai Pauline Jaricot, laïque et missionnaire a été béatifiée à Lyon. Son œuvre se prolonge aujourd’hui avec les Œuvres Pontificales Missionnaires qui ont pour tâche de réveiller l’esprit missionnaire des fidèles et de les inviter au partage et à la prière. Retour sur la vie de cette femme du XIXè.

 

Connue dans le monde entier, Pauline-Marie Jaricot (1799-1862) est une femme hors norme. Issue d’une famille aisée de soyeux lyonnais, elle consacre sa vie à Dieu par un vœu solennel dans la chapelle de la Vierge de Fourvière à Lyon. Elle entreprend de soulager les misères autour d’elle en multipliant les initiatives et crée le Rosaire Vivant, une chaîne de prière qui existe encore.

 

Elle connaît à 17 ans une conversion fulgurante

Pauline Jaricot est née à Lyon. Elle a profondément transformé la ville en rachetant une bonne partie de la colline de Fourvière pour offrir à la Vierge une couronne de verdure. Elle a ensuite revendu moult terrains à diverses congrégations, facilitant ainsi l’installation de nombreuses communautés à Lyon après les confiscations de biens et la dispersion des communautés aux lendemains de la Révolution française. Pourtant elle est mieux connue et appréciée à l’étranger que dans sa propre ville. Audacieuse, moderne, mystique, humble… Pauline n’avait que 23 ans lorsqu’elle a créé les bases des Oeuvres Pontificales Missionnaires. Petit à petit, elle amasse des sommes importantes pour financer l’annonce de la foi en Jésus-Christ aux quatre coins du monde. A 27 ans, elle réunit des milliers de personnes pour relancer la dévotion à la Vierge Marie sous l’égide du Rosaire Vivant. De nombreuses épreuves jalonneront sa route mais elle conservera toujours l’Espérance. « Je suis faite pour aimer et agir. Mon cloître, c’est le monde » disait-elle.

Pauline JARICOT
©paulinejaricot.opm-france.org

Pour aller plus loin

Le site des Oeuvres Pontificales Missionnaires

Site de l’association des Amis de Pauline Jaricot