L’incendie, lundi soir, de la Cathédrale Notre-Dame de Paris est un choc bien au-delà des catholiques de notre pays. Aussi je voudrais d’abord exprimer ma communion de cœur et de prière et celle de tous les catholiques de la Mayenne avec Mgr Michel Aupetit, Archevêque de Paris, et la population parisienne meurtrie par cette terrible tragédie. Je voudrais saluer également le courage héroïque de ces 400 pompiers qui ont lutté jusqu’à l’aube contre le sinistre, évitant que le pire – à savoir l’écroulement complet de l’édifice – ne se produise. Nous devons en grande partie à leur courage le fait qu’aucune victime ne soit à déplorer dans ce sinistre. De cela, bien sûr, nous devons nous réjouir.

Nous en savons un peu plus sur l’ampleur des dégâts et en saurons davantage encore dans les heures qui viennent. Quoiqu’il en soit, je ne doute pas qu’un élan de générosité nationale, et même planétaire, se lève sans tarder pour que cet édifice somptueux, joyau de notre patrimoine architectural, soit rendu bientôt à sa beauté première.

Nous voyons bien en tout cas, depuis lundi, par l’émotion mondiale qui s’est exprimée, qu’une cathédrale, ce n’est pas un symbole comme les autres. Notre-Dame de Paris, c’est d’abord un millénaire de culture humaniste et chrétienne qui a façonné l’histoire de la France et de l’Europe. Notre-Dame de Paris, c’est une maison de famille, le symbole de l’unité de tout un peuple autour de ses valeurs les plus nobles par-delà les opinions et les convictions de chacun. Notre-Dame de Paris, c’est Notre-Dame de tous les Français, c’est l’âme vivante de la capitale, son cœur maternel, celle dont les cloches ont sonné depuis plus de huit siècles les moments heureux ou dramatiques qui ont jalonné l’histoire de notre pays.

Dans la soirée du mercredi 17 avril, les cloches de toutes les cathédrales de France sonneront à 18h50, heure du début de l’incendie à Notre-Dame, pour faire mémoire et prier. Libre à chacun de s’associer de la façon qu’il voudra à cette initiative. Chaque heure tragique de notre histoire nous appelle à un sursaut de communion et de fraternité. Rassemblons-nous autour des valeurs qui construisent l’homme et font resplendir sa dignité. Soyons confiants et avançons ensemble sur un chemin d’espérance et de paix.

                                                                                  Mgr Thierry Scherrer
Évêque de Laval