À l’ère de la surconsommation et de l’urgence de s’investir, chacun, dans la transition écologique, voici quelques petites astuces simples et peu coûteuses pour diminuer votre empreinte, faire des économies et réduire vos déchets.

 

Le progrès, c’est aussi prendre en compte les considérations éthiques, notamment pour l’environnement et la planète que nous souhaitons laisser à nos enfants. Bon à savoir, la transition écologique n’est pas tenue d’être coûteuse comme on pourrait le croire. Ces quelques gestes du quotidien sont là pour le montrer et vous encourager dans vos démarches écologiques.

 

Les gourdes : un geste tout simple qui coûte environ 15€, diminuera de beaucoup la consommation de plastique. Certaines gourdes, d’enseignes sportives par exemple, servent aussi de thermos, ce qui est très pratique pour les randonnées en montagne ! Pour ceux qui supportent mal l’eau du robinet en raison du calcaire notamment, il existe des perles de céramiques, garanties des années, qui purifient l’eau de vos carafes. Comptez environ 13€ pour 15 perles.

 

Ne gaspillez plus ! En remplissant un contenant à savon liquide d’eau. Ainsi, au lieu d’ouvrir le robinet d’eau pour humidifier les mains avant de les laver, vous pouvez les mouiller avec un peau d’eau du contenant à savon.

Pour l’évier de la cuisine ou des toilettes un embout « mousseur », qui n’altérera pas la qualité du lavage des mains mais qui diminuera la quantité d’eau utilisée.

 

Les cotons démaquillants lavables et les oriculis se trouvent en magasin bio, sur le marché parfois : ils se fabriquent aussi très facilement, et rapidement. Il existe de nombreux tutoriels sur les réseaux sociaux. Les oriculis, quant à eux, peuvent s’acheter sur internet principalement : ils remplaceront les cotons-tiges, qui font partie des 10 déchets les plus importants retrouvés sur les plages…

 

Dentifrices et shampoings solides exisent en « zéro déchet », sans plastique, très efficaces et meilleurs pour la santé car ils n’utilisent que des produits naturels.

 

Lessive et liquide vaisselle : Certaines boutiques proposent de la lessive, et du liquide vaisselle en vrac. Mais ils peuvent également être faits maison. Cela vous permettra aussi de réutiliser vos contenants, par exemple la bouteille de lessive. 5 ingrédients suffisent ,principalement des copeaux de savon de Marseille, bicarbonate et cristaux de soude, eau, huiles essentielles, vinaigre blanc.

 

Apportez vos propres contenants : chez le boucher et même au supermarché, pour diminuer le nombre d’emballages.

 

Réutilisez vos plastiques : celui du pain coupé chez le boulanger. Ils sont solides et réutilisables plusieurs fois. Vous pouvez même refuser le petit papier qui serre la baguette ! Privilégiez le vrac, par exemple pour le riz, les pâtes, etc. Des supermarchés proposent cette option.

 

La cup et les culottes menstruelles en tissus : Il existe des serviettes et des protèges-slips et même des culottes en tissus, lavables et bio, garanties sans produits chimiques. Elles offrent même parfois une protection plus longue. Il existe même des tutoriels pour les plus manuels et ceux qui aiment coudre. Cette astuce apparaît comme incommodante voire régressive car l’entretien est moins aisé. C’est peut-être effectivement leur inconvénient, mais lorsqu’on apprend que la plupart des marques de tampons hygiéniques sont composés de produits interdits dans certains cosmétiques, mais non dans les protections qui touchent aux muqueuses les plus sensibles (du glyphosate et d’autres pesticides, car le coton qui les compose n’est pas bio), cela permet tout de même de relativiser.

Marie Faguer

Ce que nous dit le Pape François

Le Pape François écrit dans son encyclique Laudato si’ qu’il ne faut pas penser que « ces efforts ne vont pas changer le monde. Ces actions répandent dans la société un bien qui produit toujours des fruits au-delà de ce que l’on peut constater, parce qu’elles suscitent sur cette terre un bien qui tend à se répandre toujours, parfois de façon invisible. » Si chacun, au quotidien, fait de petits efforts dans son coin, nous observerons des résultats de manière conséquente.

Certaines astuces apparaissent comme « dégressives » : pourquoi s’embêter avec des couches et serviettes lavables, fabriquer sa lessive, utiliser des mouchoirs en tissus alors qu’on peut simplement jeter ce qui a été utilisé ? Or, le progrès, rappelle le Pape François, n’est pas nécessairement « un accroissement de puissance » : ce n’est pas parce que nous nous simplifions la vie que cela est un progrès. Tout confort n’est pas en soi un bien. C’est en ce sens que l’on peut adopter une philosophie de vie légèrement détournée de la consommation de masse, ou du moins essayer d’adopter, dans la mesure du possible, une consommation plus « verte ».