C’était lundi 7 octobre le rassemblement du mouvement Action catholique des femmes à la maison diocésaine. D’abord journée de rentrée, ce fut aussi l’occasion d’un retour sur le rassemblement national de Lourdes, sur les équipes synodales, et quelques échanges pour bien commencer l’année. Interview.

 

Véronique LARAT : Que faites-vous au sein de l’Action catholique des femmes ? Quels sont vos engagements ?

Simone Meslet, membre de l’ACF : L’Action Catholique des Femmes nous permet
de faire une relecture de notre vie (engagements divers : catéchèse, liturgie, chorale, guide de sépulture, accompagnement des familles en deuil….) ; une relecture de nos choix. L’ACF nous permet aussi de dire « Je ». La plupart d’entre nous sommes engagées en Eglise, dans les associations, dans la vie citoyenne.

VL. :  Vous vous êtes beaucoup impliquées dans le synode diocésain. Qu’est-ce qui vous plaît dans cette démarche ?
SM. : Beaucoup d’entre nous ont éclaté leurs équipes ACF en équipes synodales. Ainsi le Synode donne un regain de vie à nos équipes.

VL. : Quelles sont vos préoccupations pour l’Eglise de demain ?
SM. : Nicole, Thérèse et Jeannine de retour de la Halte spirituelle de Lourdes nous ont partagé leurs mots retenus, à partir des paroles de Claire de Saint-Lager et de Monseigneur Boulanger. Le thème était « Être une femme, c’est choisir d’être soi-même ». Nous nous sommes exprimées à partir de plusieurs thèmes : 

Marie-Claire FAHIER en lien avec le Synode a communiqué sur : Qu’est-ce qu’on veut pour demain ? Nous avons dit ceci : Regarder l’engagement des femmes dans l’Église ; comment l’Autorité donne place à l’homme et à la femme ? Comment se réjouir de la spécificité de l’homme et de la femme dans l‘Église ?

Nicole, Thérèse et Jeannine de retour de la Halte spirituelle de Lourdes