Ce dimanche 28 juin, l’aumônerie de Ia maison d’arrêt de Laval va pouvoir proposer sa première célébration dominicale depuis début mars. Jean-Yves, l’un des trois aumôniers diocésains nous livre son témoignage sur ce temps de confinement.

 

Comment s’est passée cette période de confinement pour les détenus de la Maison d’arrêt  de Laval ?
Jean-Yves : Pendant tout le confinement, les visites étaient interdites. Les détenus, doublement confinés, n’ont pas eu le droit de voir leur proches. Ils ne pouvaient communiquer que par téléphone. Après le 11 mai, des visites ont été possibles, mais pas en individuel. Cela se passait dans une seule salle, dans laquelle étaient installés trois parloirs. C’était tout de  même un progrès pour les détenus, même s’il n’y avait pas d’intimité.

Comment avez-vous pu maintenir des liens avec les détenus que vous accompagnez ?
J.-Y. : Pendant tout le confinement, et jusqu’à début juin, nous avons communiqué chaque semaine avec les détenus qui le souhaitaient. Ils sont une bonne dizaine. Nous avons envoyé par la poste, une feuille avec une prière, parfois un poème, l’évangile du dimanche, avec un petit commentaire pour aider chacun à réfléchir, et prier.

Et maintenant ?
J.-Y. : Nous avons repris les visites le 8 juin, Eric, Jean et moi-même. Nous ne pouvons pas rencontrer les personnes dans leur cellule, mais dans une salle. Mais en face à face, et une seule personne à la fois. On peut donc mieux dialoguer. Nous devons faire appeler les détenus un par un, par le surveillant, et respecter bien sûr les gestes barrières du masque, de la distanciation et du lavage de mains. Mais c’est déja un grand progrès. 

La bonne nouvelle, c’est que nous reprenons les célébrations dominicales ce dimanche 28 juin. Ce sera la première depuis début mars…

Propos recueillis par Véronique LARAT 

En savoir plus sur l’aumônerie catholique des prisons 

Autre témoignage d’un diacre permanent de la Sarthe.

Eric P., l’un des trois aumôniers de la maison d’arrêt de Laval, Jean E., diacre permanent, et Jean-Yves.
©Dessin Diocèse de Nîmes