Elle était belle l’assemblée de samedi soir en la cathédrale de Laval. 700 fidèles venus de toute la Mayenne ont participé à la cérémonie d’ouverture du synode diocésain. Prêtres, religieux, religieuses, paroissiens, jeunes, anciens, … tous autour de l’évêque, attendaient ce moment depuis si longtemps.

 

Quelques heures avant l’ouverture une quarantaine de jeunes s’étaient mis en marche depuis St-Joseph-des-Champs jusqu’au à la cathédrale. Ils étaient presque les premiers à la cathédrale. A peine ouverte la cérémonie, l’évêque annonçait déjà l’inscription de deux équipes synodales… de Désertines, sur le site diocésain ! Et elles sont déjà une dizaine à l’heure où nous écrivons cet article. Oui, le synode est bien commencé ; la presse en parle et rapporte le besoin pour l’Eglise diocésaine de se renouveler. Rien de mieux qu’une grande consultation avant de prendre des décisions. C’est à cela que vont s’atteler les équipes synodales, conduites par l’Esprit Saint, qui peut faire surgir des énergies nouvelles et réenchanter le monde, comme l’a annoncé Mgr Scherrer dans son homélie.

 

Ni plus ni moins, un pacte de confiance

Nous n’avons rien d’autre à faire que de nous laisser emporter par le courant puissant de  l’Esprit… ainsi était donné le ton du synode 2018-2020. Rien d’autre à faire que d’écouter ce merveilleux mot que Dieu chuchote à l’oreille de chacun : “Tu as du prix à mes yeux, et je t’aime”. Si c’est pas beau ça !

Sommes-nous prêts à vivre ce pacte de confiance qui consiste à nous abandonner entre les mains de l’Esprit, à le laisser maître de l’avenir qu’il veut construire avec nous ?

Dans un monde où le nom de Dieu est associé à la haine, à la violence, à la vengeance, il est urgent de faire retentir cette bonne nouvelle que chaque être humain est aimé pour lui-même, qu’il a un prix inestimable…”  

 

Lance-toi sans peur dans la belle aventure

A la fin de la cérémonie, chaque paroisse, chaque communauté du diocèse a reçu un bâton synodal… au total 49. Ils seront symboles de communion entre tous, symbole aussi du pèlerin. C’est le signe que nous ne sommes pas seuls sur la route, a  redit l’évêque qui concluait par cet envoi : Deux années te sont données pour respirer le vent frais de l’Esprit et te risquer avec lui sur des chemins nouveaux. Alors saisis fermement le bâton du pèlerin, lance-toi sans peur dans la belle aventure du synode ! Chante et marche !

Les médias en parlent

Ouest-France du 22 mai
La Croix du 19 mai
Le site de l’Eglise de France