Equipe de préparation au baptême des petits enfants (0-4 ans)

M. et Mme de KERMEL (responsables)

 

Si vous désirez faire baptiser votre enfant, il faut vous adresser, 4 mois avant la date désirée du baptême, à la Maison Diocésaine aux heures de permanence, 10 rue d’Avesnières. Là, on vous donnera tous les renseignements utiles pour le baptême.

Vous aurez deux rencontres de préparation avec une équipe de laïcs, et une rencontre avec le prêtre ou le diacre qui baptisera votre enfant.

 

Dès maintenant vous pouvez consulter ce qui suit au sujet de la cérémonie du baptême.

 

  1. Parrain, Marraine

Qui choisir ?  Une ou deux personnes ?

Selon la coutume de l’Eglise, un parrain ou une marraine suffit pour le baptême. Mais souvent les familles aiment choisir deux personnes, à l’image du couple parental.

 

  1. Qu’est-ce qu’être parrain et marraine ?

Certains pensent que les parrains et marraines remplaceront les parents en cas de coup dur. Du point de vue de la loi, il n’en est pas ainsi. La tutelle d’un orphelin est décidée par un juge.

Alors quel est le rôle du parrain et de la marraine ? Il est d’aider les parents à exercer leur responsabilité de parents chrétiens afin que le petit enfant parvienne à dire « je crois » et à vivre cette foi. Le parrain ou la marraine est un appui pour les parents et il est un adulte auquel l’enfant aimera se repérer.

 

  1. Qui fait le choix ?

Le choix du parrain et de la marraine revient aux parents du petit enfant qui va être baptisé : c’est une marque de grande confiance. L’Eglise tient à cette liberté de choix. De même, ceux qui sont pressentis ont la possibilité de refuser quand ils ne s’estiment pas en mesure d’assumer cette responsabilité.

 

  1. Quelles relations entre parrain/marraine et parents ?

S’il n’y a pas un minimum d’affinités entre les parents du baptisé et les parrain et marraine, comment ces derniers pourraient-ils remplir leur mission ?

La distance géographique n’est pas réellement un problème. Mais les liens affectifs ne suffisent pas : le meilleur ami des parents ou un proche de la famille n’est pas forcément apte à devenir parrain ou marraine, quelles que soient ses qualités par ailleurs. Quelqu’un peut être très attentionné pour un enfant, et l’aider à grandir, sans autant être son parrain ou sa marraine (qui correspond à un rôle particulier).

Les parents ne choisissent pas quelqu’un comme parrain ou marraine pour maintenir une relation ; mais parce qu’ils ont choisi un parrain ou une marraine, ils veilleront à faire vivre cette relation.

 

  1. Alors, qui choisir ?

Puisqu’il doit veiller à l’éducation chrétienne de l’enfant, il est préférable de la choisir parmi des personnes ni trop jeunes (pas suffisamment mûres pour veiller et guider) ni trop agées (qui seront peu ou plus présentes lorsqu’il aura grandit) ; il est souhaitable qu’il ait au moins 16 ans et qu’il ait reçu une formation chrétienne, qu’il ait déjà grandi dans la foi.

Ce qui guide votre décision, c’est le bien de votre enfant ! Ne vous laissez donc pas enfermer dans des influences familiales trop contraignantes.

 

  1. Quelles sont les conditions pour pouvoir être parrain ou marraine ?

L’Eglise prend au sérieux la mission des parrains et marraines, c’est pourquoi elle donne des repères précis : le parrain ou la marraine doit être baptisé et, si possible, confirmé. Il se reconnaît membre d’une communauté chrétienne, il élargit le cercle familial pour l’ouvrir à la dimension plus large de l’Eglise.

 

  1. Comment accompliront-ils leur rôle ?

Les parrains et marraines doivent être capables de témoigner de leur foi et de leur espérance. Ils doivent pouvoir exprimer ce qui les fait vivre, ce qui est important pour eux en tant que chrétiens. Puisque c’est de cela dont il s’agit, pourquoi ne pas choisir (aussi) une personne de la communauté chrétienne que vous connaissez ?

Quelle que soit votre décision, invitez les parrain et marraine de votre enfant aux rencontres de préparation au baptême.

 

  1. Quel cadeau de baptême ?

Quel cadeau le parrain ou la marraine doit-il faire à son filleul ? Le plus important, c’est la qualité de la relation, l’affection qui peut être entretenue, surtout par des rencontres, des dialogues,le courrier, le téléphone, une vraie communication qui traverse le temps. S’il faut un cadeau de baptême, ce sera un signe religieux que l’enfant portera (croix, médaille de la Vierge Marie, du saint patron de l’enfant,…) ou qui sera mis en évidence dans sa chambre

 

9. Une ou deux personnes ?

Selon la coutume de l’Eglise, un parrain ou une marraine suffit pour le baptême. Mais souvent les familles aiment choisir deux personnes, à l’image du couple parental.

 

  1. Qu’est-ce qu’être parrain et marraine ?

Certains pensent que les parrains et marraines remplaceront les parents en cas de coup dur. Du point de vue de la loi, il n’en est pas ainsi. La tutelle d’un orphelin est décidée par un juge.

Alors quel est le rôle du parrain et de la marraine ? Il est d’aider les parents à exercer leur responsabilité de parents chrétiens afin que le petit enfant parvienne à dire « je crois » et à vivre cette foi. Le parrain ou la marraine est un appui pour les parents et il est un adulte auquel l’enfant aimera se repérer.

 

  1. Qui fait le choix ?

Le choix du parrain et de la marraine revient aux parents du petit enfant qui va être baptisé : c’est une marque de grande confiance. L’Eglise tient à cette liberté de choix. De même, ceux qui sont pressentis ont la possibilité de refuser quand ils ne s’estiment pas en mesure d’assumer cette responsabilité.

 

  1. Quelles relations entre parrain/marraine et parents ?

S’il n’y a pas un minimum d’affinités entre les parents du baptisé et les parrain et marraine, comment ces derniers pourraient-ils remplir leur mission ?

La distance géographique n’est pas réellement un problème. Mais les liens affectifs ne suffisent pas : le meilleur ami des parents ou un proche de la famille n’est pas forcément apte à devenir parrain ou marraine, quelles que soient ses qualités par ailleurs. Quelqu’un peut être très attentionné pour un enfant, et l’aider à grandir, sans autant être son parrain ou sa marraine (qui correspond à un rôle particulier).

Les parents ne choisissent pas quelqu’un comme parrain ou marraine pour maintenir une relation ; mais parce qu’ils ont choisi un parrain ou une marraine, ils veilleront à faire vivre cette relation.

 

  1. Alors, qui choisir ?

Puisqu’il doit veiller à l’éducation chrétienne de l’enfant, il est préférable de la choisir parmi des personnes ni trop jeunes (pas suffisamment mûres pour veiller et guider) ni trop agées (qui seront peu ou plus présentes lorsqu’il aura grandit) ; il est souhaitable qu’il ait au moins 16 ans et qu’il ait reçu une formation chrétienne, qu’il ait déjà grandi dans la foi.

Ce qui guide votre décision, c’est le bien de votre enfant ! Ne vous laissez donc pas enfermer dans des influences familiales trop contraignantes.

 

14. Quelles sont les conditions pour pouvoir être

parrain ou marraine ?

L’Eglise prend au sérieux la mission des parrains et marraines, c’est pourquoi elle donne des repères précis : le parrain ou la marraine doit être baptisé et, si possible, confirmé. Il se reconnaît membre d’une communauté chrétienne, il élargit le cercle familial pour l’ouvrir à la dimension plus large de l’Eglise.

 

  1. Comment accompliront-ils leur rôle ?

Les parrains et marraines doivent être capables de témoigner de leur foi et de leur espérance. Ils doivent pouvoir exprimer ce qui les fait vivre, ce qui est important pour eux en tant que chrétiens. Puisque c’est de cela dont il s’agit, pourquoi ne pas choisir (aussi) une personne de la communauté chrétienne que vous connaissez ?

Quelle que soit votre décision, invitez les parrain et marraine de votre enfant aux rencontres de préparation au baptême.

 

  1. Quel cadeau de baptême ?

Quel cadeau le parrain ou la marraine doit-il faire à son filleul ? Le plus important, c’est la qualité de la relation, l’affection qui peut être entretenue, surtout par des rencontres, des dialogues, le courrier, le téléphone, une vraie communication qui traverse le temps. S’il faut un cadeau de baptême, ce sera un signe religieux que l’enfant portera (croix, médaille de la Vierge Marie, du saint patron de l’enfant,…) ou qui sera mis en évidence dans sa chambre.