Comme le sacrement du baptême et celui de l’Eucharistie, le sacrement de la Confirmation peut être reçu à l’âge adulte. Ce sacrement dit de « l’initiation chrétienne », sacrement qui fait découvrir le Christ, qui éduque, nourrit la foi et la fortifie, n‘est pas réservé aux enfants, aux jeunes.

Non ! Passé la majorité, l’Esprit saint continue de « frapper » à la porte du cœur de ces adultes et souvent avec beaucoup d’insistance. Ainsi, chaque année dans notre diocèse, ce sont 40 adultes qui se préparent à la Confirmation. Ils ont entre 20 et 60 ans.

Leurs parcours sont variés : cette demande survient suite à un décès d’un proche qui provoque un questionnement, C’est la confirmation d’un des enfants, l’interpellation d’un prêtre ou d’un chrétien qui «  réveille » ou la confirmation est demandée dans le cadre d’une préparation au sacrement du mariage. Pour certains, c’est un chemin de foi qui redémarre après une période de « jachère » de 10 ou 20 ans…. Pour d’autres, c’est une recherche spirituelle authentique qui amène peu à peu à reconnaître le désir et la présence de Dieu dans sa vie et à y répondre. Dieu est insaisissable, surprenant … et patient.

Le cheminement du futur confirmé se déroule pendant une année de préparation en paroisse : rencontre mensuelle avec une équipe d’accompagnement ; plusieurs temps forts diocésains ; rencontres avec l’évêque. Et c’est au terme de ce parcours que l’évêque donne réponse à la demande du confirmand formulée dans une lettre. C’est lui l’évêque qui confirmera lors de la célébration de la Pentecôte  par l’onction du Saint Chrême et par la parole « Sois marqué de l’Esprit saint, le don de Dieu »

Benoît Guetny

Une jeune adulte reçoit le sacrement de la confirmation en septembre 2020
en présence de Mgr Thierry Scherrer, évêque de Laval
Mathilde : une semaine à Taizé riche en signes

Ayant toujours reçu une éducation religieuse mais ne trouvant aucun intérêt à aller à la messe ni même l’intérêt de la foi, j’ai décidé de ne pas suivre le cursus habituel en faisant ma confirmation.

La signification que je donne à la confirmation est de vouloir continuer avec Jésus et être donc impliquée au sein de la foi, c’est pourquoi j’ai décidé de ne pas la faire étant adolescente. Je me suis toujours dit que ce serait un choix réfléchi et sincère le jour où je la ferais afin que je puisse tenir ma promesse.

Quelques années plus tard mes grands-parents très pratiquants sont décédés avec 3h d’intervalle sans que l’on s’y attende pour les deux. Pour moi leurs décès aussi rapprochés étaient une preuve que Dieu existait. J’avais besoin de voir pour croire, comme St Thomas…

Puis lors d’une grande remise en question sur mes choix de vie, j’ai ressenti une force qui me poussait à aller à Taizé pour me ressourcer et toute la semaine a été riche en signes me prouvant qu’il y avait bien quelqu’un au-dessus de moi. Dès mon retour je ressentais toujours cette force et cette motivation pour rencontrer des jeunes catholiques et faire ma confirmation, qui pour moi devenait importante.

Durant les préparations à la confirmation, j’ai fait de superbes rencontres. Les différents échanges me font avancer et me renforcent dans ma foi. Nous sommes tous différents mais c’est cela qui est chouette puisque ça nous montre que tout le monde peut vivre sa foi différemment mais dans un même objectif. Alors juste merci à Rozenn, Benoit (nos accompagnateurs) et à Don Ludovic pour nous avoir accompagnés pour cette grande étape qui nous attend le 23 mai !

Mathilde

Steven : Je souhaite faire de ma vie “une sainteté”

Je reçois le sacrement de la première des communions ainsi que celui de la Confirmation. Après la frustration de ne pas les avoir vécus durant mon enfance, je suis heureux de ce cheminement adulte et des rencontres faites. La Confirmation était un but dans ma vie. Aujourd’hui, je souhaite m’abandonner à Dieu, laisser porter par l’Esprit, brûler de son feu. En lui, j’ai confiance. Je souhaite faire de ma vie « une sainteté ».

J’ai répondu « me voici » alors que je ne sentais pas digne. Quelle grâce : Il a transformé mon désespoir en Espoir, via notre mère de l’Espérance.

Je dois me laisser porter en toute liberté. C’est un chemin vers la lumière, qui est lui-même lumineux, rempli de joie, de paix, de partage, de rencontres, de découvertes sur Dieu et sur nous –mêmes.

« A toi qui te demandes
Qui aimerait comprendre
Quel est le sens véritable de ta vie ;
Viens comme moi, recevoir l’Esprit »

Steven

Pour plus d’information, contactez votre paroisse ou le service diocésain du catéchuménat  ou la maison diocésaine Cardinal Billé – 02 43 49 55 10.

Cette année, ce sont 10 adultes qui sont confirmés par Mgr Scherrer le dimanche de la Pentecôte à Pontmain. En Eglise, nous prions pour eux et avec eux nous chantons :

« Viens en nous, Père des pauvres,
viens, dispensateur des dons,
viens, lumière de nos cœurs.

Consolateur souverain,
hôte très doux de nos âmes,
adoucissante fraîcheur.

Viens Esprit Saint !

(Séquence de la Pentecôte)