(Fiche pastorale – P. Frédéric Foucher)

La communion spirituelle consiste à s’unir à Jésus, tel qu’il se rend présent dans l’Eucharistie.

On ne communie pas sacramentellement recevant l’hostie devenu son corps, mais on communie spirituellement en posant un acte de désir, de foi et charité.

 

Un acte de désir :

A l’origine, il y a le désir de Jésus : « J’ai désiré d’un grand désir manger cette Pâque avec vous »

Jésus désire s’unir à nous et nous unir les uns aux autres.

Jésus désire nous communiquer sa vie et son pardon.

Jésus désire que nous nous mettions au service des uns et des autres.

C’est pour cela qu’il institue l’Eucharistie, pour que nous puissions goûter et manger les fruits de l’arbre de la croix.

 

Sur la croix, Jésus nous a acquittés de nos péchés,

il nous relie à son Père, il nous rassemble dans l’unité,

il nous transfuse sa propre vie

et transfigure notre cœur à l’image de son cœur doux et humble,

il fait de nous des serviteurs et des témoins en nous donnant son Esprit.

 

Au désir de Jésus répond le nôtre : l’amour est un échange.

Jésus se rend visiblement présent dans l’Eucharistie, afin que nous puissions le désirer le plus ardemment.

Mais ce qui est extraordinaire, c’est que la communion de désir peut suppléer la communion sacramentelle.

La communion spirituelle est le but de la communion eucharistique.

 

Un acte de foi :

Communier seulement spirituellement suppose aussi un acte de foi en la présence réelle du Seigneur dans le sacrement de l’Eucharistie.

 

Un acte de charité :

C’est l’amour seul qui inspire un tel désir de communier.

L’amour augmente les effets de la communion et la communion augmente l’amour dans notre cœur.

Une communion spirituelle, faite avec ferveur, pourra produire plus de fruit qu’une communion sacramentelle faite avec tiédeur.

 

Quand et comment vivre cette communion spirituelle ?

Si possible après avoir écouté la messe,

ou à l’heure où le prêtre de la paroisse célèbre la messe,

ou encore après avoir lu les lectures de la messe,

En regardant une croix,

En disant de tout son cœur, et si possible à voix haute,

Notre désir de communion avec foi et charité à Jésus-Eucharistie :

« Jésus, je désire de tout mon cœur, avec foi et charité, te recevoir dans mon cœur et recevoir les fruits de ta croix ».

Rester alors quelques instants en silence, puis rendre grâce pour cette grâce, ce cadeau.

On peut alors dire ou chanter le Magnificat.