J’aime Jean de Chéverus, parce que j’habite Mayenne et que je suis un brin chauvin, mais surtout parce que c’est un homme extraordinaire dans l’ordinaire. Il a une statue de bronze (1844), à sa mémoire, place….. Cheverus, derrière l’ancienne mairie ou barre ducale, « à l’endroit où trônait la guillotine sous la Terreur » !

J’aime sa force de tempérament pour vaincre les épreuves. Né en 1768, mort en 1836, il aura traversé la succession difficile de différentes formes politiques : le régime royal (fin du règne de Louis XV, Louis XVI ;  la révolution française ; le consulat et l’Empire avec Louis-Napoléon Bonaparte ; la restauration avec Louis XVIII, Charles X, Louis-Philippe. Il ne connaitra pas la 2e république de 1848. Ordonné prêtre en 1790, il est nommé vicaire à la paroisse de Mayenne (9 prêtres, à l’époque pour la paroisse ND et 5 pour St Martin !). Il refuse de prêter serment à la constitution civile du clergé : « J’ai été expulsé de France en 1792, parce que j’ai refusé avec horreur d’encourir le crime d’apostasie, en prêtant l’infâme serment ». Il s’exile en Angleterre (1792-1796). Il choisit de servir à Boston (1796-1823). Avec l’avènement de Bonaparte, il peut revenir en France. C’est le dilemme : rester ou revenir ?

J’aime son ambition de servir Dieu et son désamour pour les honneurs. Il devient évêque de Boston contre son gré : « J’ai cherché à éviter ce fardeau, et je ne puis encore me résoudre à en charger mes pauvres épaules….Mon digne ami Mr Matignon est plus digne que moi. Mon archevêque me fait un point de conscience d’accepter. Priez tous le Bon Dieu pour moi ». Il sera toujours dans le même état d’esprit de surprise quand il deviendra évêque de Montauban (1824-1826), puis archevêque de Bordeaux et encore davantage quand il sera créé cardinal.

J’aime son amour des pauvres. La base de la statue du cardinal à Mayenne évoque  différentes scènes de charité. « Jean de Cheverus mourut à 68 ans pendant qu’on disait la messe dans sa chambre, au moment de l’élévation. C’était la fête de la St Vincent de Paul, un saint avec lequel il avait beaucoup de points communs. En 1839, le protestant Stewart, écrira : Il y avait à Boston, une catholique pauvre et très malade. Mgr lui avait fait donner du bois de chauffage pour l’hiver, mais il n’était pas scié. Un matin, avant l’aurore, un voisin de cette femme entendit un bruit. Intrigué, il se leva et alla voir ce qui se passait : c’était l’évêque de Boston qui sciait le bois de la pauvre femme, avant le lever du jour, pour éviter d’être vu ».

P. Pierre-Marie Perdrix

Cf le livre : Cardinal de CHEVERUS 1768-1836 Lettres et documents, Christian de Jouvence, 2005. L’auteur est un descendant apparenté de la famille du cardinal.

 

Alors que nous venons de fêter la Toussaint, la fête de tous les saints, P. Pierre-Marie aimerait que vous aussi, vous présentiez un saint qui vous accompagne, qui vous sert de modèle, en disant pourquoi il vous marque, et ce que vous aimez chez lui.

En partageant ces témoignages sur notre site :

–  nous pourrons découvrir ou mieux connaitre des figures de saints reconnus par l’Eglise, ou de personnes empreintes d’une « sainteté ordinaire », les saints « de la porte d’à côté » pour reprendre les termes du pape François.

–  et en leur compagnie, nous laisser appeler chacun, à suivre notre propre chemin de sainteté.

« Nous sommes tous appelés à être des saints en vivant avec amour nos occupations quotidiennes » Exhortation du Saint-Père Gaudete et exultate

Envoyez vos témoignages à paroisse.notredame.stmartin@orange.fr

 

Seigneur, donne-nous des saints :pas seulement des hommes dévoués et généreux, mais des hommes de Dieu, des hommes pour qui Dieu est tout. Pas seulement des hommes fraternels, attentifs à toutes les misères, mais des hommes qui ne vivent que pour Toi, des hommes qu’on ne pourrait regarder sans Te voir, qu’on ne pourrait écouter sans T’entendre. Nous avons besoin de saints, Seigneur, donne-nous des saints.

 

 

 

Ci-dessous, représentation de scènes d’une vie de charité en actes de Jean de Cheverus

(Ctrl+ pour grossir l’image)