Depuis plus d’une année nous traversons des moments difficiles, nous obligeant à calfeutrer nos vies. Nous oublions les gestes essentiels de nos sociabilités afin d’ériger les barrières de notre survie…. sans en entrevoir la fin ?

Cependant la vaccination semble permettre de maintenir un espoir et bien que nous soyons obligés de reporter de nouveau notre pèlerinage, il me paraît nécessaire de saisir cette chance ! Les conséquences de la pandémie doivent nous faire réfléchir à l’enfermement des personnes fragiles et à l’isolement des fins de vie pendant toute cette période.

Si venir à Lourdes n’est pas une nécessité absolue, ne pas en accompagner la demande est la négation de notre mission. Et si nous profitions cet été de partager avec nos proches, cette joie. Jamais probablement nous n’aurons la chance de revenir en juillet, de répondre à cette difficulté de transmission de la foi dont nous nous plaignons si souvent.

L’allègement des mesures sanitaires, au décours de cette incroyable séquence n’est-t-elle pas l’occasion de bouleverser nos routines et de partager avec nos proches cette joie du service. Nous sommes prêts à préparer un programme spécifique pour les familles, une marche vers Bartrès, la visite de la cité St Pierre, pourquoi pas Bétharram…

Merci de partager cette réflexion autour de vous. Lourdes est un lieu de rencontre et de fraternité, entre personnes malades et serviteurs, entre clercs et laïcs, entre nations et cultures, témoin de l’Esprit de Pentecôte.
Lourdes nous parle en exprimant la compassion fraternelle, alors peut être devrions-nous saisir cette chance qui nous est offerte de partir exceptionnellement en juillet.

Avec toute mon affection,

Alain