Accueil : Frères et sœurs, chers amis,

Bonne et sainte année 2023, en cette solennité de Ste Marie Mère de Dieu

Homélie : Nb 6, 22-27 ; Ps 66 ; Ga 4, 4-7 ; Lc 2, 16-21

Chers amis, une année s’achève, une année commence

Une année s’achève avec toutes les questions du passé, liées à notre mémoire : s’il fallait un événement politique de 2022, je risque : la guerre en Ukraine ; un événement de l’Eglise : la canonisation de Charles de Foucauld, le 15 mai à Rome ; un événement du diocèse de Laval : les ordinations presbytérales de Thomas Leparoux et de Vincent de Rochambault ; des événements du doyenné du Pays de Mayenne : les décès d’Armelle Cruard et du Père François LEDAUPHIN, notre 1e procession fluviale de ND des miracles pour le 122e anniversaire de la basilique ; etc, notre mémoire est remplie de souvenirs personnels et sociaux et ecclésiaux

Une année commence avec toutes les questions de l’avenir lié à nos projets personnels, familiaux, professionnels, culturels : notre imagination/mémoire est également remplie d’événements à venir. « Ne nous risquons pas à deviner l’avenir ». Rappelons-nous tous ceux qui pensaient l’invasion et la résistance de l’Ukraine comme impossibles ! « Renforçons plutôt nos valeurs » Laurent Marchand. Qui aurait pu imaginer une telle revendication de liberté des femmes iraniennes !

Seul, le présent, est entre nos mains comme un présent, un cadeau merveilleux.

Et la liturgie nous apprend à vivre au présent, à tisser du lien entre tous ces événements de nos vies. Et Marie nous apprend à vivre au présent, relié au passé et au futur :

« Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur ». Un événement, c’est une action qui se révèle importante dans ma vie, qui fait sens, qui fait histoire, qui construit ou abîme ma vie…..

Quels événements retenir dans ma vie : un événement fondateur, un événement constructeur ou réparateur ? Dieu nous parle à travers les événements.

« Marie retenait tous ces événements » : l’événement de la naissance de son Fils est lié à d’autres événements : l’annonciation, la visitation, le recensement à Bethléem, les bergers qui rapportent les messages des anges. Les événements sont liés dans nos vies. Quels liens entre les événements de ma vie ? Marie ne retient pas un seul mais tous les événements de sa vie. Dieu nous parle à travers les événements.

Marie retenait avec foi, avec simplicité, en cherchant le sens : « Marie, cependant, retenait tous ces événements ». Pourquoi cependant ? Cependant est en apposition à la réaction étonnée des auditeurs des bergers. Marie ne se laisse pas déborder par l’orgueil. Elle redouble d’humilité. Les bergers racontent. Marie retient et médite.

« Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur ». Méditer, c’est approfondir ; méditer, c’est chercher à comprendre en faisant des liens entre les événements. Méditer, c’est se représenter les événements, c’est habiter son imaginaire d’images. « Marie méditait dans son cœur » : méditer, c’est déployer la gamme des sentiments accordés aux événements ; méditer, c’est accorder sa volonté aux désirs de Dieu ; méditer, c’est s’engager à agir en cohérence avec sa méditation de vie. Les différentes traditions spirituelles dans l’Eglise (St Ignace, Ste Thérèse d’Avila, St Dominique ;…) ont multiplié les formes de méditation/oraison, adaptées aux attraits de chacun.

Marie nous apprend à méditer avec foi, avec espérance et charité, avec simplicité : Dieu nous parle à travers les événements. Encore faut-il ouvrir les yeux du corps, de l’âme et de l’esprit ! Encore faut-il commencer nos méditations en suppliant l’Esprit de nous aider ? Encore faut-il savoir rendre grâce. Car notre Dieu, qui est perçu souvent comme le grand silencieux, est Celui-là même qui ne cesse de nous parler avec le livre de la création, le livre des Ecritures, le livre des événements de la vie. Ces 3 livres s’éclairent mutuellement.

Marie nous apprend à relier nos vies à Jésus, à la Bonne nouvelle. C’est pourquoi la liturgie, chaque année, nous fait méditer chaque mystère de la vie du Christ pour exposer nos vies à sa lumière, à son amour.

L’Eglise vient à notre aide pour interpréter l’Ecriture dans nos vies et nos vies à la lumière de l’Ecriture. Frédéric Boyer qui a dirigé la nouvelle traduction de la Bible Bayard aime à dire que « la traduction fait abonder le sens du texte », qu’elle requiert du débat, que chacun peut risquer son interprétation, l’Eglise nous proposant des points de repères

Chers amis, pourquoi ne pas conclure avec les mots du poète Jean Debruyne :
« Comment, toi Dieu, qui es si grand, peux-tu être aussi proche de moi qu’un nouveau-né qu’on berce dans ses bras ? Comment, toi Dieu, qui es Dieu peux-tu soudain être un homme ? J’ai beaucoup retourné ces questions dans ma tête sans jamais y trouver de réponse.
Je ne saurais donc jamais comment…Mon cœur m’a dit pourquoi, Il m’a dit : il n’y a que l’Amour ! »

Et si en 2023, nous, les chrétiens en France, nous étions les chantres de l’Amour depuis la conception jusqu’à la fin de la vie, un amour qui accompagne toute situation de détresse, un amour qui dialogue institutionnellement afin d’apporter la lumière du Christ sur la vie, un Amour médité en Jésus, un Amour vécu, un Amour fraternel.

AMEN ALLELUIA MARANATHA