Accueil : Frères et sœurs, chers amis,

Réjouissons-nous en cette solennité de la Pentecôte.

Dieu veut nous faire le(s) don de l’Esprit-Saint.

Dieu veut renouveler notre monde et notre Eglise.

Dans l’Evangile, Jésus prie le Père de nous donner son Esprit. La prière de Jésus est toujours efficace. A nous de l’accueillir, à nous de le demander, humblement et ardemment, pour le monde, pour l’Eglise. 

Homélie : Chers amis,

Quelle belle fête que la fête de l’Esprit-Saint

qui fait naître l’Eglise, c’est la 1e lecture ;

qui crée et qui recrée en renouvelant la face de la terre, c’est le psaume ;

qui inspire les chrétiens en les faisant gémir : Abba cad Père, c’est la 2e lecture ;

qui sanctifie, c’est la séquence ;

qui habite les cœurs, qui donne l’amour, qui enseigne, qui unit, c’est l’Evangile.

Que de Noms de l’Esprit-Saint : Créateur, Sanctificateur, Défenseur : Dieu ne nous accuse pas, il nous défend comme un avocat divin, Dispensateur des dons, Père des pauvres, Lumière en nos cœurs, Consolateur souverain, Hôte très doux de nos âmes, Adoucissante fraîcheur, l’Esprit aux 7 dons…..

Que d’activités de l’Esprit-Saint comprises dans ces Noms !

L’Esprit remplit l’univers. L’Esprit agit dans le cœur de tous les hommes. L’Esprit anime l’Eglise et nous devons lui faire confiance, même si les temps sont difficiles. L’Esprit nous est donné à profusion, par la Parole de Dieu et par les sacrements.

Notre synode diocésain s’est clôturé, l’année dernière, le jour de la Pentecôte. La dernière loi, la loi 6e, bien dans l’esprit de la Pentecôte, nous invite à sortir, comme les apôtres de leur cénacle : « Allez de toutes les nations, faites des disciples, enseignez-les, baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit ». Le titre de cette loi est le suivant : « Au-delà du seul accueil, sortir pour nous laisser envoyer en mission ». L’Eglise sera toujours l’Eglise de la Pentecôte. Nous sommes de toutes petites communautés, des oasis au milieu de déserts spirituels. Charles de Foucault nous aura rappelé la spiritualité de la présence, de la gratuité, de la prière, de la messe, de l’adoration, de l’amour des frères musulmans, des touaregs pour qui il confectionnera un dictionnaire. Une Eglise qui dialogue avec tous et qui cultive la rencontre, les cultures, et qui laisse à Dieu le soin de calculer le fruit de nos engagements. Madeleine DELBREL (née le 24 octobre 1904 à Mussidan, en Dordogne, et morte le 13 octobre 1964 à Ivry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne) est une française, une assistante sociale, une grande figure catholique. Elle a été reconnue dans l’Eglise comme Vénérable, 1e étape vers la béatification et la canonisation. Passionné de la présence aux milieux populaires, elle écrira : « Il y a des lieux où souffle l’Esprit mais il y a un Esprit qui souffle en tous lieux. Il ya des gens que Dieu prend et met à part. Il y en a d’autres qu’Il laisse dans la masse, qu’Il ne retire pas du monde. Ce sont des gens qui font un travail ordinaire, qui ont un foyer ordinaire ou sont des célibataires ordinaires. Des gens qui ont des maladies ordinaires, des deuils ordinaires. Des gens qui ont une maison ordinaire, des vêtements ordinaires. Ce sont les gens de la vie ordinaire. Les gens que l’on rencontre dans
n’importe quelle rue. Ils aiment leur porte qui s’ouvre sur la rue. Nous autres, gens des rues, croyons de toutes nos forces que cette rue, que ce monde où Dieu nous a mis est
pour nous le lieu de notre sainteté. Nous croyons que rien de nécessaire ne nous y manque, car si ce nécessaire nous manquait, Dieu nous l’aurait déjà donné »

 Et si nous terminions avec la fameuse invocation à l’Esprit-Saint du cardinal Jean VERDIER, Archevêque de Paris de 1929 à 1940 :  

« Ô Esprit Saint, Amour du Père et du Fils, inspire-moi toujours ce que je dois penser, ce que je dois croire, comment je dois prier, ce que je dois dire, comment je dois le dire, ce que je dois taire, ce que je dois écrire, ce que je dois faire, comment je dois agir pour procurer Ta gloire, œuvrer au salut des hommes et à ma propre sanctification »

AMEN ALLELUIA MARANATHA