Évangile de Jésus Christ selon saint Luc(Lc 14, 25-33)

En ce temps-là, de grandes foules faisaient route avec Jésus ; il se retourna et leur dit :

« Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple. Celui qui ne porte pas sa croix pour marcher à ma suite ne peut pas être mon disciple. Quel est celui d’entre vous qui, voulant bâtir une tour, ne commence par s’asseoir pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi aller jusqu’au bout ? Car, si jamais il pose les fondations et n’est pas capable d’achever, tous ceux qui le verront vont se moquer de lui : ‘Voilà un homme qui a commencé à bâtir et n’a pas été capable d’achever !’ Et quel est le roi qui, partant en guerre contre un autre roi, ne commence par s’asseoir pour voir s’il peut, avec dix mille hommes, affronter l’autre qui marche contre lui avec vingt mille ? S’il ne le peut pas, il envoie, pendant que l’autre est encore loin, une délégation pour demander les conditions de paix. Ainsi donc, celui d’entre vous qui ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut pas être mon disciple. » – Acclamons la Parole de Dieu. 

 Homélie 23ème Dimanche ordinaire « C »   3-4 Septembre 2022

Parfois dans la vie, quand nous avons quelque chose d’important ou de difficile à dire à quelqu’un, nous lui disons :

« Assieds-toi car j’ai à te parler ! »

 Eh bien c’est un peu ce que le Christ a dit aux foules qui le suivaient. Et c’est ce qu’il dit à chacun, chacune de nous aujourd’hui : « Assieds-toi… J’ai quelque chose d’important à te dire, et ça mérite que tu y réfléchisses ! Voilà : Si tu veux venir avec moi, si tu veux te dire chrétien, sans me préférer à tout ce que tu as de plus cher au monde : ton père, ta mère, tes enfants, tes proches et même ta propre vie alors tu ne peux pas être mon disciple, mon véritable ami ! » Et comme si ce n’était pas encore suffisant, Jésus ajoute en terminant : « Celui d’entre vous qui ne renonce pas à tous ses biens, ne peut pas être mon disciple »

Si nous écoutons vraiment ces paroles. Si nous pensons qu’elles s’adressent personnellement à nous, et pas seulement au voisin, alors effectivement il vaut mieux être assis pour ne pas tomber sur le derrière. Il faut surtout prendre le temps d’y réfléchir à deux fois avant de dire à Jésus : « Pas de souci : Je suis prêt à Te choisir et à être ton ami pour toute la Vie ! »

Pour comprendre ces paroles de Jésus qui ont de quoi nous heurter, il faut se rappeler qu’il est sur la route qui le conduit à Jérusalem, à son arrestation, à sa passion et à sa mort sur la croix. Aussi, il ne veut pas tromper ceux et celles qui veulent Le suivre : Le suivre jusqu’au bout, c’est toujours d’une manière ou d’une autre, rencontrer la croix et accepter de la porter. C’est rencontrer des choix parfois difficiles à vivre, des choix qui entraînent un don de soi qui peut nous emmener très loin.

Alors Jésus dit aux foules et nous dit : « Avant d’engager toute ta vie avec Moi, prends le temps de réfléchir sérieusement ! Mesure jusqu’où cela peut te conduire, quelles en sont les exigences, les risques d’incompréhension, parfois même de rupture avec ceux et celles que tu aimes ! »

Comprenons bien : le Christ ne nous demande pas de les rejeter, mais de Le choisir, Lui en premier, par amour, et d’être fidèles à ce choix. Au fond, c’est comme quand on se marie : quand quelqu’un se marie, il ne rejette pas ses parents, sa famille ou ses meilleurs amis. Mais il choisit de s’engager pour toute la vie avec l’homme ou la femme de son choix… Et cela avec toutes les prises de distances et même les ruptures que ça peut entraîner.

Ce que le Christ nous demande ! C’est donc bien un choix, mais un choix au nom d’un amour encore plus grand que tous les autres. Comme dans une vie de couple, l’idéal n’est pas que ça supprime les liens avec la famille ou les amis, mais que ça les transforme !

Finalement le Christ nous pose la question de confiance en nous disant : « Moi, mon Amour je te l’offre sans condition, à la folie et pour toute la vie…  Et toi ? es-tu prêt à m’aimer au point que tout le reste de ta vie en soit transformé ? Non pas pour rejeter ceux que tu aimes, ni ton métier, ni ton avenir, ni même l’argent nécessaire pour vivre décemment et faire vivre décemment tes proches et tous ceux dont tu as la charge. Mais pour que ta manière de les aimer soit tout entière éclairée, imprégnée par ma manière à moi d’aimer ? »

Pour certains, cette manière de s’engager à aimer le Christ, à lui donner priorité dans la vie, ce sera de choisir la vie religieuse ou de devenir prêtre ! Et c’est un engagement toujours valable aujourd’hui, même si parfois c’est un choix qui fait peur ou dont on n’ose même plus parler.

Mais c’est aussi un appel qui s’adresse à tous les baptisés, et donc à chacun, chacune de nous, que l’on soit enfants, jeunes ou adultes. Que l’on soit marié ou célibataire, père et mère de famille, etc… Pour tous c’est un appel à prendre l’Évangile au sérieux et à le vivre au quotidien.

J’ajoute que s’il faut prendre le temps de s’asseoir, de réfléchir avant de dire « oui » et de s’engager,

il ne faut pas non plus passer toute sa vie à rester « assis » ou à se tâter le pouls.

Au départ d’une nouvelle année, c’est le moment ou jamais de se décider.

AMEN !

Père Bernard Trohel