Accueil : Frères et sœurs, chers amis,

C’est le jour du Seigneur : chantons, prions, célébrons le Seigneur, fraternisons…..
Nous avons la joie d’accueillir dans notre assemblée des vitréens, réunis pour une fête de famille : Mr Joseph et Mme Odile GAUTHIER fêtent leurs 60 ans de mariage avec leur famille. Réjouissons-nous. Après l’homélie, une bénédiction spéciale leur sera donnée. Que le Seigneur purifie et dispose nos cœurs à l’accueil de sa Parole.

 Homélie : Si 3, 17-18. 20. 28-29 ; Ps 67 ; He 12, 18-19. 22-24a ; Lc 14, 1. 7-14

Chers amis,

Ces lectures nous invitent à la sagesse qui commence et se poursuit  par l’humilité. La 1e lecture dit : « Mon fils, accomplis toute chose dans l’humilité ». Le psaume nous a fait chanter : « Béni soit le Seigneur, il élève les humbles ». Le verset alléluiatique qui nous ouvre au sens de l’Evangile est sans équivoque : « Devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur ». Ces lectures nous invitent à la sagesse qui s’accomplit dans la charité : « Invite les pauvres », nous dit Jésus.

L’humilité ! Le curé d’ars disait : « L’humilité est le grand moyen pour aimer Dieu. C’est notre orgueil qui nous empêche de devenir des saints. L’orgueil est la chaîne du chapelet de tous les vices; l’humilité est la chaîne du chapelet de toutes les vertus ». Jésus nous permet d’approfondir l’humilité avec l’Evangile. Quelques remarques :

1e remarque : Jésus observe, au cours d’un repas, le jeu du choix des places. Les pharisiens cherchaient la 1e place, les honneurs ! La vie est pleine d’enseignement à partir des actions les plus quotidiennes. Regardons. Observons. La vie nous enseigne l’humilité, la charité

2e remarque : Jésus avec réalisme, fait remarquer que prendre la 1e place est risqué : le maître du repas peut affecter cette place à un autre invité. C’est alors l’humiliation et non l’humilité ! L’humilité forcée ! L’humble apprécie sa place, toute sa place, rien que sa place

3e remarque : Jésus non seulement ne nous invite pas à prendre la place d’honneur, sauf si elle nous est proposée, mais à choisir, selon un acte d’intelligence et de volonté, la dernière place, ce qui faisait dire à l’abbé Huvelin, accompagnateur spirituel de Saint Charles de Foucault : « Le Christ a choisi la dernière place, et personne n’a jamais pu la lui ravir ». Ce qui faisait dire à St Augustin, dont c’est la fête aujourd’hui : « Suivons le chemin de l’humilité que le Verbe qui s’est fait chair est devenu pour nous ». « Voyez l’humilité de Dieu ». Suivons le chemin de l’humilité, chemin d’abaissement, chemin de relèvement, chemin de gloire. C’est le chemin pascal des disciples de Jésus. Si vous aimez la poésie, je vous recommande le livre de poésie  de François Cheng : « La vraie gloire est ici » (2015)…..

4e remarque : Un autre me donne ma place. Je ne m’attribue pas la 1e place ! Il y a de saines ambitions, de sains combats pour la 1e place dans plein de domaines de la vie des hommes. Vis-à-vis de Dieu, on ne s’en empare pas, on reçoit la place qui nous revient….

Chers amis,

Notre rentrée pastorale est toute proche. Cultivons l’humilité et la charité. Jésus insiste sur l’invitation. Invitons-nous mutuellement. Que notre paroisse soit un foyer brûlant de charité.

Félicitations aux bénévoles de notre paroisse qui œuvrent avec humilité et charité.

Trois prêtres seront à votre service pour les 4 paroisses de notre doyenné du Pays de Mayenne, au lieu de quatre, l’année dernière. D’où de nouvelles propositions de messes du dimanche, à partir de dimanche prochain : samedi soir, à 18H30, à Mayenne et Ambrières ; dimanche, à St Georges Buttavent, à 9H00 et Aron à 11H00 ;  Mayenne, à 10H30. Je voudrais vous dire aussi que j’ai accepté avec les Pères Franck Viel et Frédéric Foucher de devenir vicaire général, à partir du 1er septembre. Je me confie à votre prière. Je relance l’appel pour le renouvellement des bénévoles de notre paroisse qui portent avec enthousiasme le poids du jour. Cf feuillet vert. A l’appel du pape François, soyons vraiment une Eglise de la synodalité ; marchons ensemble, dans l’esprit de notre synode diocésain, pas seulement parce qu’il y a moins de prêtres, mais surtout parce que le baptême nous ouvre les horizons de la mission de toute l’Eglise où chacun a toute sa place.  

Je ne vous cache pas que j’ai hésité, à 65 ans, d’accepter cette nouvelle mission, qui s’ajoute à cette mission locale de curé qui demeure. Si j’ai accepté, c’est parce que des bénévoles qui font mon admiration œuvrent ardemment sur les paroisses, c’est parce que nous assumons solidairement et fraternellement avec les Pères Laurent et Jimmy cette mission paroissiale, c’est parce que l’équipe pastorale est là, c’est en esprit de service parce qu’il y avait urgence pour le diocèse, c’est parce que nous allons nous partager la tâche entre vicaires généraux

Quelques infos : Qu’est-ce qu’un vicaire général ? C’est le plus proche collaborateur de l’évêque, il l’aide dans le gouvernement du diocèse tout entier, il le représente quand il ne peut être présent. Pour qu’un diocèse vive et rayonne, il faut absolument que l’évêque soit entouré d’un certain nombre de personnes réunis dans des conseils, des services à la maison diocésaine afin de stimuler/accompagner la catéchèse, le catéchuménat, la formation, la diaconie, les ressources humaines, sans oublier les mouvements et les aumôneries…. Un vendredi sur deux, l’évêque réunit son conseil épiscopal (9 membres) ; un vendredi sur deux, l’équipe épiscopale composée de l’évêque avec ses vicaires généraux. Ceux-ci rendent possible l’organisation de la vie diocésaine au profit des diocésains. Chaque paroissien est un diocésain, chaque diocésain, un paroissien. Chers amis, œuvrons tous avec humilité et charité. Nous traversons de grandes crises dans la société et dans l’Eglise. Faisons confiance à l’Esprit-Saint. L’Eglise a les promesses de la vie éternelle.

« Dans ce monde aimé de Dieu, ouvrons des chemins de joie »

AMEN ALLELUIA MARANATHA