Les 24, 25 et 26 juin prochains, 26 prêtres et 15 diacres seront ordonnés en la basilique Notre-Dame de l’Epine à Evron, pour la Communauté Saint-Martin. Une joie pour notre diocèse et pour toute l’Église ! Parmi eux, deux jeunes d’origine mayennaise, et deux diacres qui ont servi ou vont servir le diocèse de Laval.

Le 24 juin, ce sont les quinze futurs diacres qui entameront ces trois jours d’ordination pour la Communauté Saint Martin. Ils recevront à 10h, des mains de Mgr de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des Évêques de France, l’ordination diaconale. Le vendredi 25 juin à 10h, treize diacres seront ordonnés prêtres, également par Mgr de Moulins-Beaufort ; le samedi 26 juin à 10h, treize autres diacres seront ordonnés par Mgr Touvet, évêque de Châlons-en-Champagne.

Guilhem de Saint-Chéreau, Baudouin Coste, Don Louis-Marie Boët
©Antoine Soubrier

Deux futurs diacres sont mayennais

Parmi eux, deux ordinands d’origine mayennaise : Guilhem de Saint-Chéreau, qui sera ordonné diacre, et Don Louis-Marie Boët, qui sera ordonné prêtre le vendredi 25 juin.

Guilhem de Saint-Chéreau est né à Château-Gontier. Il est issu d’une fratrie de 10 enfants ; parmi eux, on trouve une sœur religieuse et un frère séminariste, également au séminaire de la Communauté Saint Martin. Il ressent très jeune l’appel du Seigneur, au cours d’une homélie durant laquelle il entend le prêtre exprimer le manque de prêtres pour l’Église et le monde. Il répond alors dans son cœur : « Moi, je viendrai ».

Don Louis-Marie Boët, originaire du Maine-et-Loire, connaît bien la Mayenne où ont toujours vécu ses grands-parents. Il parle avec émotion du Père Gilbert Loiseau, prêtre de notre diocèse, ancien curé de Saint-Martin-de-Connée et dont la figure sacerdotale l’a beaucoup marqué. C’est pendant ses études de droit qu’il entend dans son cœur la voix du Seigneur : « Tu seras prêtre ». Ce n’était alors pas une évidence pour ce jeune homme étudiant en droit qui avait bien d’autres projets… Il finit par faire confiance à cet appel qui résonne en lui, et entre au séminaire de la Communauté. Il a été ordonné diacre en juin 2020.

Ordinations à la Communauté Saint-Martin en 2020

Des diacres au service de notre diocèse

Cette année, nous avons eu la joie d’accueillir dans notre diocèse Don Yann Orsini, ordonné diacre en juin 2020. Il sera ordonné prêtre ce samedi 26 juin. Don Maximilien Hardel, ordonné diacre en juin 2020, a choisi de prolonger son temps de service dans le diaconat pendant une année supplémentaire avant l’ordination sacerdotale.

L’an prochain, nous accueillerons un jeune diacre, Don Baudouin Coste, qui servira dans la paroisse Trinité-Avesnières-Cathédrale. Issu d’une famille de 10 enfants, il a un frère prêtre. Il a grandi à Rennes et a préparé une licence de droit. Pour lui, la vocation fut plus un désir qu’un appel, un désir qu’il découvrit en lui et qu’il fit grandir durant tout le temps de son séminaire. Désir tout d’abord de célébrer les sacrements, d’annoncer le Christ au monde et d’accompagner le chemin de vie et de foi de tout homme. Au séminaire, pendant sa formation et son stage, il découvre la pastorale scolaire et l’aumônerie des prisons qui le marquent particulièrement. Il parle de sa future ordination diaconale avec une joie non dissimulée : « il s’agit d’un acte de folie et de confiance !

Anne-Elisabeth Veyrières

Témoignage : Don Yann a passé une année à Laval

A.-E. V : Que gardez-vous de cette année dans votre paroisse et dans notre diocèse ?
D. Y.O. : J’étais diacre à la paroisse Saint-Pierre-Saint-Vénérand, qui est une paroisse de ville qui s’étend jusqu’aux Pommeraies. J’étais très heureux de découvrir une nouvelle réalité car je n’avais jamais habité en ville, j’étais plutôt en campagne jusque-là !
Ma mission a principalement été celle de l’accompagnement des personnes seules et des malades ; j’ai aussi pu accompagner les bénévoles qui visitent les malades. On m’a également envoyé vers les jeunes, en particulier dans le cadre de l’accueil Don Bosco et des établissements scolaires.
Cette année a pour moi été très riche : j’ai beaucoup de gratitude envers le diocèse, ainsi qu’envers mon curé, Don Ludovic, pour la confiance qu’ils ont eue envers moi, les nombreuses missions qu’ils ont pu me confier tout au long de l’année.
En découvrant le diocèse de Laval, en particulier ses prêtres et tous ses bénévoles qui donnent du temps pour l’Église, j’ai été marqué par l’esprit de bienveillance et de fraternité qui régnait et qui vraiment amène vers le Christ, dans la joie profonde de l’Évangile. De manière particulière, dans la paroisse, j’ai pu découvrir mon diaconat auprès de personnes qui sont au service du diocèse depuis plusieurs années. Je pense à certains paroissiens, à des diacres permanents aussi qui m’ont appris à me donner en tant que diacre.

A.-E. V : Qu’est-ce que vous avez découvert du sacerdoce durant votre année de diaconat ?
D. Y.O. : En tant que séminariste, on apprend à être au service, à être serviteur du Christ, mais comme diacre on découvre la vie pastorale. Il y a vraiment eu un changement dans mon cœur durant cette année de diaconat : j’ai appris à ouvrir mon cœur, en regardant les gens, en partant d’eux pour aller vers le Seigneur.
Une année de diaconat… cela passe vite ! Et on prend plaisir à être diacre dans le diocèse de Laval ! Le diacre est vraiment pour moi l’image de la compassion de Dieu au milieu des hommes. Et il y a un moment dans l’année où je me suis même dit que je resterais bien diacre plus longtemps encore, pour apprendre à aimer comme le Seigneur aime. Et puis un jour dans l’oraison, le Seigneur m’a un peu rappelé à l’ordre en me disant : « Tu es fait pour donner la vie !». Et il m’a donc mis en marche vers ce cap que l’Église m’a fixé le jour de mon ordination diaconale : le fait de devenir prêtre.
Je me souviens d’une homélie de Don Ludovic pour le dimanche du Bon Pasteur : il a parlé du « murmure du troupeau qui demande des prêtres ». Cette image m’a beaucoup marqué. Dans notre paroisse et dans le diocèse de Laval, nous prions beaucoup pour les vocations. Nous désirons des prêtres, qui sont appelés à être des ponts entre le monde et Dieu. Le prêtre amène le monde à Dieu, lui ouvre les fenêtres du Ciel. De manière un peu étonnante, ça m’a ramené à cette vocation du prêtre qui s’était un peu effacée derrière le diaconat.
Quand on est diacre on ne cesse de répéter : « Allez voir le prêtre, allez voir Don Ludovic… ». Le diacre en effet peut regarder avec l’amour de Dieu les hommes, mais quand il s’agit d’amener à Dieu véritablement, nous sommes limités ! Une limite qui est belle parce qu’elle est celle du serviteur ; elle demande plus, elle creuse en nous le désir de devenir prêtre. C’est une belle expérience d’avoir amené des hommes au prêtre, d’avoir amené des hommes vers Dieu… Aujourd’hui, mon désir est de donner la vie de Dieu aux hommes.
J’ai une pensée en ce moment en particulier dans la prière, à la fois pour Mgr Thierry Scherrer mais aussi pour le père Luc Meyer qui, par leur paternité, leurs conseils, leurs sermons, les retraites qu’ils ont pu nous prodiguer pendant l’année, ont vraiment créé en moi le désir de devenir prêtre. Voilà des figures paternelles. Et je tenais à le dire, le diocèse de Laval a une chance incroyable d’avoir deux pasteurs comme eux.