Un temps pour assouplir nos coeurs

Avec le temps de l’Avent, l’Eglise invite le chrétien à se préparer à cet immense événement qu’est la venue du Fils de Dieu parmi les hommes. Nous avons quatre dimanches pour vivre cette préparation. Objectifs : assouplir notre coeur, vivre l’essentiel, adopter le mode simplicité

 

Ces trois objectifs d’Avent,sont inspirés de l’entretien réalisé sur Fidélité Mayenne cette semaine, avec le père Franck Viel.

Assouplir nos coeurs

Nous voilà premièrement invités, en ce début d’année liturgique – “Bonne année ! –  à assouplir notre coeur. Dans le dictionnaire, assouplir se dit d’abord du linge : rendre le linge moins raide et plus doux au toucher au moyen d’un assouplisseur. Il s’agit donc de rendre notre coeur moins raide, plus doux… Par quel assouplisseur ? Pape François nous en a donné trois pendant la messe matinale du 28 novembre 2016 : “ soyons vigilants dans la prière, actifs dans la charité et jubilants dans la louange ».

 

“Vivre l’essentiel”

Chercher l‘essentiel, nous y sommes invités à longueur d’année…L’Avent est un temps propice à s’y exercer. Mais quel essentiel ? Il ne s’agit pas de devenir zen ou bio. Quelques paroles de notre évêque tirées de sa dernière lettre pastorale parue à l’ouverture du Synode, peuvent nous y aider : “La mission des baptisés, la mission de l’Eglise, c’est d’ouvrir en ce monde des chemins de joie… C’est vivre au quotidien l’exode de la sortie de soi pour aller à la rencontre de l’autre, … Nous lancer dans la riche aventure des relations interpersonnelles, empreintes de gratuité et d’amour…. tendre la main aux petits, aux abandonnés… C’est, en définitive, donner un nouveau sens à notre vie en donnant sens à la vie des autres.”

 

Adopter le mode simplicité

Il n’y a pas de jauge pour le mode “simplicité”, car il est vrai que la simplicité des uns peut être grand luxe pour d’autres. C’est au niveau de la générosité qu’il faut se placer, matérielle et spirituelle. Être content de ce que Dieu donne, généreux pour son prochain, à la hauteur de l’essentiel et non du superflu, se poser la question des priorités, réfléchir à ce qui nous rend humbles, voilà quelques pistes pour nous rendre un peu plus simples, un peu plus doux, un peu moins raides, en attendant Noël.

Père Franck VIEL,
Vicaire épiscopal et curé de la paroisse Saint-Melaine-en-Val-de-Jouanne

Accéder à notre dossier sur l’Avent