Ce dimanche 15 novembre, notre évêque a envoyé en mission, François Roseray, le nouveau directeur de l’Enseignement catholique en Mayenne, ainsi que François Poirier, délégué de l’Enseignement catholique à la pastorale. Nous avons recueilli leurs témoignages.

François Roseray, “chacun à du prix aux yeux de Dieu”

François Roseray, qui êtes-vous ?
François Roseray : Si j’osais, je dirais que je suis un pur produit de l’Enseignement catholique de l’Anjou terre voisine de la Mayenne. En effet, après des études universitaires à la Catho d’Angers en histoire géographie, je suis devenu enseignant d’abord en collège puis en lycée général et technologique.
Répondant à l’appel des sœurs de Sainte-Marie de Torfou (congrégation religieuse aux confins du Maine-et-Loire, de la Vendée et de la Loire-Atlantique au cœur du monde rural), je deviens chef d’établissement du lycée Champ-Blanc, lycée général et technologique au Longeron (450 élèves) en 1997 et ce, pendant 12 ans. J’aurai ainsi travaillé 21 ans dans les Mauges rurales où l’implantation de l’Enseignement catholique est très enracinée et offre à bien des égards des similitudes avec celle de la Mayenne avec un maillage d’écoles catholiques étant parfois, la seule école de la commune.
Puis en 2009, changement de cap de la campagne vers la ville puisque le directeur diocésain de l’époque me confie d’abord la responsabilité du lycée puis du collège Saint-Martin ensuite à Angers ainsi que la coordination de l’Institution comprenant une école, un collège, un lycée et des classes préparatoires scientifiques. Depuis 2016, je pilotais un projet de fusion entre les institutions Saint- Martin et Sainte-Agnès pour donner naissance à l’ensemble scolaire Saint-Benoît.

Lire la suite

Directeur diocésain de l’enseignement catholique… Pourquoi est-ce une mission d’Eglise ?
F. R. : En tant que directeur diocésain, j’ai la conviction que le projet de l’Enseignement catholique participe pleinement à la mission de l’Eglise dans la mesure où il est un lieu privilégié pour l’annonce de la Bonne Nouvelle et un lieu pour en vivre au quotidien. Le témoignage étant inséparable de l’Annonce.
« Chacun a du prix aux yeux de Dieu » ; cette phrase introductive au projet éducatif des sœurs de Sainte-Marie résume bien selon moi ce que l’Enseignement catholique veut promouvoir à travers l’accueil de tous et l’attention à toutes les personnes, notamment les plus fragiles. Quelle belle coïncidence et providence avec le slogan du synode de notre diocèse « Tu as du prix à mes yeux » qui sera clôturé à la Pentecôte 2021 !
« Changer de regard pour faire grandir la personne » était le fil rouge des assises de l’enseignement catholique des années 2000 lancées par Paul Malartre, il nous invitait tous et toutes à regarder la personne comme un être en devenir, comme un être fragile et comme un être relié.
« Espérer en l’élève, c’est aimer son avenir » disait-il et il concluait par cette très belle phrase : « Eduquer la personne, passion d’espérance ».

« Offrir à chacun un itinéraire de croissance », c’est le thème des orientations de l’Enseignement catholique en Mayenne pour les cinq ans à venir. Il y a certainement plusieurs sens à cette expression « itinéraire de croissance »… Lesquels ?
F. R. : Des Assises de l’Enseignement catholique à nos orientations diocésaines aujourd’hui, une continuité se lit aisément. Elle dit la constante volonté de liberté, d’initiative et de dynamisme d’une école catholique qui n’a de raison d’être que si elle est différente en développant un projet et une culture spécifique fondés sur la personne du Christ et sur l’espérance chrétienne, et appelant à la contribution de chacun dans le respect absolu de ce qu’il est.
C’est résolument dans cette dynamique que s’inscrivent les nouvelles orientations de l’enseignement catholique de la Mayenne : « Offrir à chacun un itinéraire de croissance ».
Ces orientations invitent chacun à adopter une manière d’être personnelle et collective qui fera de l’Enseignement catholique de la Mayenne le lieu d’un témoignage d’une vie fraternelle, bienveillante, attentive et solidaire.
Notre raison d’être, celle qui donne sens à notre action est de mettre chaque personne au centre de notre projet. Chaque établissement, considéré comme une maison commune est appelé à devenir un lieu d’éducation à l’émerveillement, à la vie fraternelle où chacun est au service de tous et tous attentifs à chacun. Quel beau projet de croissance en humanité !
Voici donc une belle feuille de route pour l’enseignement catholique de la Mayenne tellement porteuse de sens et d’espérance dans notre monde désorienté !

François ROSERAY, Directeur diocésain de l’Enseignement catholique de la Mayenne

François POIRIER : « C’est en puisant dans l’Evangile qu’on peut aider nos jeunes dans leur chemin de foi. »

Qui êtes-vous François Poirier ?

D’origine lavalloise, j’ai toujours été dans l’enseignement catholique. Après mes premières années à l’école St Joseph, située dans mon quartier d’enfance, j’ai étudié du CE1 à la 3ème à l’ensemble scolaire St JB de La Salle et poursuivi mes études supérieures en électrotechnique à La Baronnerie d’Angers.

Diplômé, j’ai opté pour une carrière dans l’enseignement en tant que professeur « d’EMT » en collège dans le Maine et Loire. Dès la 2ème année d’enseignement, je suis revenu à Laval pour enseigner les sciences physiques et la technologie au collège de La Salle, collège qui n’avait pas de secret pour moi. Au cours de ces années, différentes responsabilités m’ont été proposées : coordinateur de niveau, responsable informatique, puis directeur adjoint pendant 13 ans. Il y a un peu plus de 3 ans j’ai été appelé pour rejoindre l’équipe de direction diocésaine de l’enseignement catholique de la Mayenne, comme adjoint au directeur diocésain en charge de la pastorale scolaire et du numérique. Marqué par la spiritualité des Frères des écoles chrétiennes, cet appel prend tout son sens dans mon engagement fraternel fondé sur l’Evangile au service des jeunes.

Lire la suite

En quoi consiste la mission d’adjoint au directeur de l’Enseignement catholique pour la pastorale ?

F.P. : Cette mission, renouvelée aujourd’hui, s’inscrit dans le cadre des Laïcs en Mission Ecclésiale (LEME). Ce service pastoral est exercé à temps partiel puisque j’ai également une mission dans le domaine des technologies usuelles de l’information et de la communication (TUIC) en tant qu’enseignant détaché.

Pour répondre à votre question, la mission d’adjoint diocésain en pastorale (ADP) consiste à soutenir les chefs d’établissements et être à leur service dans leur responsabilité pastorale. Concrètement cela repose sur l’accompagnement des équipes et acteurs pastoraux (APS) par des rencontres, des temps de célébration, de relecture et d’intériorité.

Je suis attentif à l’instauration et au maintien d’un climat évangélique dans les établissements du diocèse. Je veille au lien « Ecole-paroisse » grâce à une bonne connaissance des prêtres et des établissements. Je participe aussi à l’exercice de la Tutelle des écoles, collèges et lycées.

Je porte et mets en œuvre les orientations diocésaines 2020 / 2025 dont le thème est « Offrir à chacun un itinéraire de croissance », ainsi que le projet du diocèse de Laval.

Ma mission pastorale est également en lien avec la Pastorale des jeunes, le service de la catéchèse, les équipes EARS, la responsable de l’AEP (aumônerie de l’Enseignement public), la maison diocésaine, le service de communication, la radio (Fidélité Mayenne).

Quelles sont les difficultés de cette mission ?

F.P. : Les principales difficultés sont le manque de temps pour répondre au mieux à la demande et aussi le manque d’accompagnateurs. Oser dire sa Foi peut être difficile et pas simple aujourd’hui. C’est en puisant dans l’Evangile et en étant présent qu’on pourra aider nos jeunes sur ce chemin de Foi. Pour moi, l’essentiel est d’avoir pour chaque jeune une posture pastorale transversale, un regard d’Espérance et de bienveillance.