Mardi 15 mars dernier, nous étions invités à la salle des Pescheries pour découvrir ensemble le texte du Conseil permanent de la Conférence des Evêques de France : L’Espérance ne déçoit pas.

Ce texte s’inscrit à la suite d’autres écrits des Evêques, à l’approche des élections :
Réhabiliter la politique, dans un monde qui change, 1999
Qu’as-tu fait de ton frère ? 2007,
Retrouver le sens du politique 2016,

Il est en lien avec Vatican II (GS 73-76) :  » L’Église qui, en raison de sa charge et de sa compétence, ne se confond d’aucune manière avec la communauté politique et n’est liée à aucun système politique, est à la fois le signe et la sauvegarde du caractère transcendant de la personne humaine »
« Sur le terrain qui leur est propre, la communauté politique et l’Église sont indépendantes l’une de l’autre et autonomes. Mais toutes deux, quoique à des titres divers, sont au service de la vocation personnelle et sociale des mêmes hommes. Elles exerceront d’autant plus efficacement ce service pour le bien de tous qu’elles rechercheront davantage entre elles une saine coopération, en tenant également compte des circonstances de temps et de lieu. … »

Il est en lien avec l’enseignement social de l’Eglise.

Il propose des repères de discernement pour notre vie sociale aujourd’hui, il attire notre attention sur 7 points particuliers :

1 . Choisir de vivre ensemble en paix
2 . Le respect inconditionnel de toute vie humaine
3 . Promouvoir la liberté, l’égalité et la fraternité
4 . Les religions : une chance pour notre société en quête de sens !
5 . Pour une écologie authentiquement intégrale
6 . La France n’est pas une île
7 . Transmettre

Pour découvrir le texte dans son intégralité : cliquez ici.

Pour l’élection présidentielle à venir, il existe des comparateurs de programmes des différents candidats, sur le net.

L’association Alliance Vita nous aide aussi à discerner, à partir de tous les sujets qui touchent la famille et la vie :

Avez-vous à cœur la « famille durable » ? C’est la famille fondée sur le respect de l’altérité homme-femme dans le couple et sur leur engagement à long terme, celui qui donne aux enfants le plus de chance de se construire et d’acquérir la vraie liberté. C’est elle qui, le moment venu, permet de soutenir les personnes âgées, et d’exprimer de la solidarité vis-à-vis des personnes isolées. Cette famille durable, ouverte à la vie, est indispensable à la pérennité de notre société.

Or, voilà que la déconstruction des repères qu’on nous impose par la loi depuis plusieurs dizaines d’années en sape les fondements. Elle conduit à la « société liquide » décrite par le sociologue Zygmunt Bauman : une société d’errance affective, d’éphémère et d’isolement, où s’impose finalement la loi du plus fort. Elle est le premier obstacle au respect de la vie.

Les attaques contre le couple durable se sont encore accélérées au cours des derniers quinquennats, sans craindre l’absurdité. D’un côté on a osé « inventer » la PMA sans père, remboursable, comme si la paternité était accessoire ; de l’autre on ose demander aux hommes de prendre davantage de congé paternité ! Où est la logique ?

En réalité, tout se tient. La logique se trouve dans le second axe de l’appel qu’Alliance VITA a lancé : « 20 urgences pour la France » intitulé « Favoriser un écosystème pour la famille durable ».
11 analyses et propositions solidement étayées doivent impérativement circuler dans les équipes de campagne, être prises en compte dans les débats, nourrir et encourager les responsables politiques.

C’est notre travail de fond. Depuis plus de 20 ans, Alliance VITA accompagne avec son service d’aide les personnes confrontées à des situations difficiles autour de la grossesse et la maternité : fausses couches, grossesses inattendues, infertilité, handicap. Prévention de l’avortement, procréation et droits de l’enfant, interdiction de la GPA, sont autant de sujets au cœur de notre mission qui motivent nos actions de terrain.

Nous n’avons plus que quelques jours avant le premier tour de l’élection présidentielle. C’est pourquoi nous avons passé au crible les positions des candidats sur nos urgences.

Les candidats doivent mesurer l’urgence de respecter et d’encourager la famille et sa stabilité, les femmes et les enfants, la maternité et la paternité, la sexualité et l’engagement et la responsabilité des parents. Il ne faut pas que les associations prônant les nouvelles transgressions qui détruisent la famille durable monopolisent l’attention de candidats et des médias. Nous devons alerter, communiquer, faire connaître nos arguments… Bref peser sur les débats, maintenant.

>> Découvrez nos 11 urgences pour la famille durable <<