A L’HEURE DE LA REPRISE

Après les grosses chaleurs plus ou moins supportables de Juillet, d’Août, voici
venue la fin des vacances et donc la reprise = rentrée des classes et reprise des
activités pour tout le monde et reprise professionnelle pour d’autres… et force de
constater que l’épidémie du COVID 19 est toujours là. Ainsi, appelés à la prudence
face à la contamination d’un virus, qui n’est pas anodin, nous reprenons en
Septembre, les activités pastorales.
Sans nous laisser entraîner par les traces négatives et nos ressentis des
derniers mois, nous redémarrons peut-être, riches de belles leçons de vie.
Curieusement beaucoup d’initiatives ont vu le jour : créer un rapprochement entre
les membres de la famille ; prendre les nouvelles de ceux qui sont seuls ou sont loin ;
prendre soin ou aider à faire des courses à des personnes fragiles ; faire attention aux
commerçants ou aux soignants, redécouvrir le bienfait du calme accordé à la nature,
aux animaux, aux oiseaux ; prendre le temps de la prière individuelle chez soi.
Aujourd’hui, en ce temps de rentrée, toujours avec prudence, nous sommes
portés à réfléchir et à nous intéresser à ce qu’a pu nous servir tout ce vécu depuis le
début de la pandémie.
Si l’interrogation est simple, force est d’admettre que les réponses sont
variées. Il revient à chacun en lui-même et avec d’autres, de faire la relecture du
temps passé en confinement de la mi-Mars à la fin Mai et le désir d’améliorer notre
vie au niveau de la famille, de la commune et de la paroisse.
Nous pouvons nous interroger sur la manière dont l’Eglise locale peut
répondre aux besoins exprimés par tous, en veillant à ne pas projeter nos désirs sur
les autres, mais plutôt en étant dans une attitude d’écoute ou de veille. Osons quitter
notre confort pour aller à la rencontre de ceux qui souffrent, ceux qui sont en
recherche ou qui ont quitté l’Eglise pour diverses raisons ! Faisons de nos églises un
lieu d’accueil, de fraternité et de charité !
La reprise pastorale qui s’annonce est aussi le temps des inscriptions des
enfants, des jeunes pour les différents parcours = première communion, profession
de foi… Soyons attentifs et osons proposer aux parents de les aider à assumer cette
responsabilité lorsqu’ils s’engagent en demandant le baptême de leur(s) enfant(s).
Aujourd’hui, malgré la crise sanitaire que nous vivons, plus expérimenté peut-
être, plus attentif aux autres, plus généreux, plus fraternel, plus grand dans la foi…
Demandons au Seigneur la grâce de tirer les bonnes leçons de tous les évènements
de notre vie. Que Dieu nous prenne en grâce et qu’il nous bénisse.

Joseph Cousin