Pastorale du deuil

Des témoignages

André, guide de funérailles, nous confie son témoignage :

«L’idée de proposer un psaume dans la liturgie des funérailles s’est imposée à moi tout naturellement après avoir pris conscience de la beauté et de la profondeur de cette prière. Lorsque je me suis investi dans l’enseignement de la psalmodie aux rencontres des chanteurs liturgiques, les paroles mises en valeur par la musique ont pris une dimension que je n’aurais pas soupçonnée. Ce sont les paroles mêmes de Dieu que le psalmiste utilise. Jésus a prié avec les psaumes. Tous les sentiments humains y sont présents. Un psaume priant bien chanté touchera toujours plus une assemblée qu’un chant de méditation.»

Véronique, nouveau guide, exprime en quelques mots ce qui l’anime :

«La mission de guide qui m’a été confiée augmente avec chaque famille rencontrée ma capacité à accueillir et écouter avec bienveillance l’histoire de chacune. Il y a ceux qui partagent et ceux qui pensent qu’il n’y a rien à dire…. J’ai à cœur de témoigner de mon espérance chrétienne de la vie après la mort et qu’associer le Christ à notre chemin de vie nous ouvre à la vie de Dieu, chacun ayant une place qui lui est préparée depuis notre baptême.»

Passeurs d’espérance…

Madeleine…Roger…..Pascal et Thérèse….. Vous les connaissez, ce ne sont pas des extraterrestres….
Ils ont accepté la mission de présider la prière à l’église, le jour des obsèques ou celle d’accompagner les familles en deuil qui veulent vivre un temps de prière, de souvenir, dans le recueillement, et préparer avec eux la célébration.

Que font-ils ? Qui sont-ils ?

Des laïcs qui acceptent de témoigner que l’Eglise manifeste sa profonde humanité et sa compassion à ceux que le deuil éprouve.
Ils sont formés, en équipe dans le diocèse.
Ils rendent un service gratuit qui demande de l’écoute, de la délicatesse, de la disponibilité.
Ils le font à la demande du prêtre et portent le souci de témoigner de l’espérance, qui touche autant à la vie quotidienne qu’à la vie future, après la mort, et trouve son sens dans la foi en Christ mort et ressuscité.

Ce qu’ils disent d’un investissement personnel :

Accueillir les familles, les encourager à parler de leur défunt est la première étape de la rencontre.
L’évocation de la personne, de son caractère, de sa vie, du vécu ensemble, peut amener à sourire….On parle de vie plus que de mort….
Accueillir des gens très différents sur le plan de la foi, demande un respect de chacun et de ne pas être dans le jugement.
La mort nous renvoie à notre propre mort et nous fait nous poser des questions : que faisons-nous de notre vie ?
La préparation de la célébration est le moment où des membres de la famille peuvent venir dire leur amour au défunt, surtout s’ils ont vécu une rencontre de confiance.

Ce qu’ils disent recevoir :

Les partages de vie, en vérité, sont d’une grande richesse : entendre des gens très différents sur le plan de la foi et pouvoir évoquer l’espérance propre au christianisme me fait prendre conscience de la grande variété de la famille humaine.
Cette expérience a transformé mon regard et entrer dans l’intimité d’une famille dit quelque chose de la fraternité. La mort est une épreuve de la vie qui bouleverse toujours.
L’Eglise a besoin de laïcs formés pour célébrer les funérailles…

Vous êtes disponible, prêt à travailler en équipe, vous vous sentez concernés par le vie de votre paroisse et vous pouvez accompagner des familles qui désirent des obsèques religieuses… 
Venez  !  Nous sommes tous appelés.

 

Document reproduisant le texte d’une affiche présente dans une église près de Clermont-Ferrand