Des rites funéraires en mutation, des demandes diversifiées des familles : une réflexion pourrait être partagée au cours d’une relecture pastorale en paroisse.

Lu dans des articles de presse :
« Les crématoriums sont les périphéries du pape François. C’est le dernier endroit où les gens entendront parler de Dieu. » A. Renaud, acteur pastoral –Aix en Provence ( La Croix 15.02.2021)

« C’est au crématorium qu’on voit le fossé entre les 53% de catholiques et les 5 % de pratiquants ; pourtant la demande de funérailles à caractère religieux ne diminue pas. » D. Le Guay.

« Dans certains diocèses où l’Eglise n’est pas présente dans les crématoriums, les opérateurs funéraires formés pour être maîtres de cérémonie, s’organisent avec les moyens du bord : une lecture, un goupillon… quelques symboles chrétiens….. » (La Croix 15.02.2021)

Lu dans les actes synodaux :
Loi n°5 – « Sortir de nos habitudes pour accompagner celles et ceux qui viennent à nous. Etre proches et compagnons de celles et ceux qui cherchent Dieu et mieux percevoir les attentes cachées de leur cœur…. Allez au pays de l’autre… rejoindre l’autre dans ses préoccupations. »
L5 – « Vivre des rencontres audacieuses et créer des liens nouveaux »
L6 – « Consentir au dépaysement et rejoindre l’autre dans ses préoccupations, cheminer avec lui c’est la seule façon respectueuse et vraie de lui proposer de vivre la joie de l’Evangile »
D18- « Envoyer au pays de l’autre pour y apporter la joie, l’espérance qui viennent du cœur de Dieu »
Dépliant n°12 – « Nous cheminons avec les hommes et les femmes de ce temps. Nous voulons rejoindre celles et ceux qui sont loin de l’ Eglise et dont l’Eglise est loin. Nous renforcerons le compagnonnage avec les personnes qui s’adressent ponctuellement à l’Eglise et avec celles qui ne connaissent pas le Christ . »

Pour nourrir la réflexion, vous trouverez la revue « La Maison-Dieu » n°281 à la Bibliothèque diocésaine.