Le religieux français Charles de Foucauld, connu pour avoir vécu en ermite dans le désert du Sahara, sera canonisé le 15 mai 2022 en même temps que César de Bus et Marie Rivier. Il y a ici en Mayenne dix prêtres de la fraternité spirituelle de Charles de Foucauld qui se retrouvent en deux fraternités dans le diocèse. Rencontre avec cette figure de saint et avec ces hommes qui l’ont choisi pour maître spirituel.

Les fidèles attendaient cette nouvelle avec impatience. Le 15 mai 2022, le Bienheureux Charles de Foucauld sera canonisé Place Saint-Pierre de Rome par le Pape François. Il fait partie de ces figures édifiantes de la spiritualité chrétienne. De celles qui nous marquent par leur radicalité, leur soif de Dieu et d’amour du prochain. Rencontre avec Charles de Foucauld, moine, ermite, explorateur et chercheur de Dieu. 

 

Biographie de Charles de Foucauld

De l’enfance à la conversion Né en 1858 à Strasbourg dans une famille aisée, Charles est orphelin de père et de mère à six ans. Il est élevé par son grand-père, le colonel Beaudet de Morlet. Étudiant à l’École militaire de Saint-Cyr, Foucauld mène une vie dissolue avant de se consacrer à l’exploration et aux voyages. Il se convertit à 28 ans lors de sa confession à l’abbé Huvelin en l’église Saint-Augustin. « Je me suis mis à aller à l’église sans croire, ne me trouvant bien que là, et y passant de longues heures à répéter cette étrange prière : ‘Mon Dieu, si vous existez, faites que je vous connaisse !’ Charles n’est plus le même homme. A présent, il aspire à ne vivre que pour Dieu seul. 

Entré chez les cisterciens à l’abbaye Notre-Dame-des-Neiges en Ardèche, Charles découvre la vie monastique, son silence et tend à imiter la vie cachée de Nazareth. Ses supérieurs l’enverront ensuite à la Trappe d’Akbès en Syrie, l’un des monastères les plus pauvres de la région. Assoiffé de plus, le désir de Charles de Foucauld est celui de prendre la dernière place, celle du Christ à Nazareth : « Je ne veux pas traverser la vie en première classe, pendant que Celui que j’aime l’a traversée dans la dernière ». 

Charles part donc pour la Terre Sainte où il devient jardinier des Clarisses de Nazareth. Il a pour salaire un morceau de pain et pour logement une petite cabane. Habité par une soif de dépouillement radical et d’abnégation, il choisit finalement la voie de l’érémitisme en 1897. Ses pas le mèneront au désert à Béni-Abbès au Sahara algérien, puis auprès des Touaregs de Tamanrasset. Sa proximité avec ce peuple du désert l’amène à publier le premier dictionnaire touareg-français. 

Paysage de lever de soleil sur l’Assekrem
©wikipedia

Le 1er décembre 1916, suite à une trahison, des senoussistes attaquent le fortin. Il est assassiné devant la porte de son ermitage. Charles avait 58 ans. Dans son testament, on peut lire : « Vivre comme si je devais mourir aujourd’hui martyr… Je désire être enterré au lieu même où je mourrai, et y reposer jusqu’à la résurrection… Sans cercueil, tombe très simple, sans monument, surmonté d’une croix de bois. » Une vie donnée à la suite du Christ Foucauld Charles de Foucauld avait écrit, en entrant à la Trappe : « L’amour de Dieu, l’amour des hommes, c’est toute ma vie, ce sera toute ma vie je l’espère. » C’est ce qu’il essaya de vivre en cherchant à être le « frère universel » de ceux vers qui il fut envoyé. Pourtant, il ne fit pas un seul converti ! 

Mais aujourd’hui des centaines de religieux et des milliers de laïcs de par le monde vivent, à son école, la vie cachée de Nazareth. Le grain tombé en terre a porté du fruit… Le miracle de la canonisation Dans le cadre du procès de canonisation de Charles de Foucauld un miracle a été reconnu : un charpentier (nommé Charles) est sorti indemne d’une chute de quinze mètres en 2016, alors qu’il travaillait sur le toit de l’église Saint-Louis de Saumur. Des évènements dans notre diocèse en vue de cette canonisation : 

Gabrielle Bru

Charles de Foucault  vers 1907
©wikipedia

Une exposition sur la vie du tout-nouveau saint à la bibliothèque diocésaine

 

A l’occasion de la canonisation de Charles de Foucauld qui a eu lieu ce dimanche 15 mai 2022 à Rome, la bibliothèque diocésaine vous propose une exposition sur Charles de Foucauld, sa vie et sa spiritualité.

L’exposition est visible jusqu’au 02 juin dans le Hall d’entrée de la Maison Diocèsaine Cardinal Billé (aux horaires d’ouverture). Entrée gratuite.

La bibliothèque diocésaine vous propose également, dans ses locaux, une sélection d’ouvrages pour petits et grands afin de mieux connaître cet homme assoiffé de Dieu.

Charles de Foucauld : un miracle pour attester la sainteté

Charles de Foucauld a accédé à la canonisation grâce à un miracle : un charpentier a chuté accidentellement à Saumur dans le Maine-et-Loire, le jour du centenaire de la mort de l’ermite, en 2016. Il a survécu à une chute de 15 mètres et à un empalement sur un dard en bois. 

Sa survie a été attribuée par l’Eglise à «l’intercession spirituelle» de Charles de Foucauld, le propulsant au rang de saint. 

Le mardi 26 mai 2020, le pape François a autorisé la publication de décrets reconnaissant plusieurs miracles et martyres. Parmi eux, celui attribué au bienheureux Charles de Foucauld (1858-1916) ! C’est une grande joie en particulier pour la paroisse Bienheureux-Charles-de-Foucauld ( Saumur ) !

Ce second miracle ouvre la voie à la canonisation du Bienheureux Charles de Foucauld qui a vécu à Saumur en 1878-1879, comme élève à l’école de cavalerie.

Témoignage du Père Roland Courné


Roland Courné est prêtre dans le diocèse de Laval.

 

La canonisation de Charles de Foucauld le dimanche 15 mai à Rome est une source de joie pour tous ceux qui se réclament de lui… mais aussi pour toute l’Eglise. Le Père de Foucauld ( 1858-1916) aurait souhaité fonder une communauté religieuse, mais n’a pu le faire. D’autres sont venus à sa suite, comme René Voillaume et ont permis la création de plusieurs familles spirituelles, dont l’association sacerdotale “ Jésus Caritas ”.

 

En Mayenne une dizaine de prêtres du diocèse ou prêtres “Fidei Donum” font partie de cette association. ils se retrouvent en deux équipes. Le groupe appelé Fraternité se réunit chaque mois. la journée est marquée par la célébration de l’eucharistie, un long temps d’adoration, le repas, un moment de détente et un moment de “révision de sa vie” où chacun prend les événements qu’ il a vécus pour remercier le Seigneur et déceler les appels de l’Esprit-Saint. “Jésus Caritas”, c’est “Jésus amour” qui doit demeurer au centre de notre vie.

 

Une Fraternité Jésus Caritas

Une Fraternité regroupe des prêtres qui n’ont pas forcément toujours la même sensibilité, mais qui veulent mener leur vie de prêtre, en lien avec les autres prêtres du diocèse tout en essayant de vivre leur amour de Jésus Christ en s’inspirant du message de Charles de Foucauld et des livres qui parlent de lui. . Une bonne connaissance du futur saint n’est pas nécessaire pour entrer dans une fraternité.  Elle s’acquiert progressivement au cours des échanges, de la lecture de ses écrits et des livres qui parlent de lui. Ils sont nombreux, de René Bazin en 1921 à Pierre Sourisseau en 2016 dont la biographie demeure une référence.

 

Quelques aspects de la vie du père de Foucauld qui sont inspirants pour moi.

Charles de Foucauld aimait le mot Fraternité. il l’a montré par son accueil qu’il voulait le plus ouvert et universel que possible. C’est un appel tout en ayant des convictions fortes et précises à dialoguer avec tout prêtre, quelle que soit sa sensibilité et à essayer de voir en toute personne ce qu’il y a de bon malgré la distance qu’il peut y avoir.  La prière a tenu une grande place dans la vie du Père Charles de Foucauld. C’est une invitation à prendre du temps, avec l’Évangile, pour sans cesse travailler à mieux connaître les Écritures et prier le « bienheureux frère Jésus-Christ ».. Charles de Foucauld a vécu seul, il a  beaucoup marché dans le désert. Ce temps d’arrêt de l’activité pastorale par une journée dans une maison religieuse  ou dans la nature que nous appelons le « désert », permet de se remettre devant l’essentiel et de prier plus longuement Charles de Foucauld était sensible aux injustices de son époque. Membre d’une association implantée dans les cinq parties du monde, c’est une provocation à sortir de nos problèmes typiquement français, pour se préoccuper de ce qui se passe dans le monde   entier et d’être plus accueillant, à l’étranger, au petit, à celui que personne n’écoute.. Une phrase, qui est un programme jamais fini, avait frappé Charles de Foucauld ; « ce que vous faites au plus petit des miens, c’est à moi que vous le faites »… Comme le dit le pape François à la fin de son encyclique « Fratelli tutti » (N° 287) en parlant du bienheureux Charles de Foucauld : « Il voulait en définitive être le « frère universel ». Mais c’est seulement en s’identifiant avec  les derniers qu’il est parvenu  à devenir le frère de tous. Que Dieu  inspire ce rêve à chacun d’entre nous. Amen »

Père Roland Courné avec une contribution de l’équipe

Association Famille Spirituelle Charles de Foucault

Fraternité séculière Charles de Foucault

Capture d’écran ©diocèse d’Angers

A lire :

Vient de paraître le chemin des estives de Charles Wright – éd Flammarion

Sans le sous et comptant sur la générosité des gens, l’auteur et un de ses compagnons  prennent la route sur les chemins de la Creuse et ceux du massif central en direction de Notre-Dame des Neiges en Ardèche. Un récit initiatique qui relate une aventure humaine et spirituelle accompagné par les pensées de Charles de Foucauld et de d’Arthur Rimbaud. une pérégrination faite de joies, de surprises, de déceptions dans une France trop souvent oubliée mais bouleversante d’humanité. Un Livre récompensé par le Prix de la Liberté intérieure 2021 du Jour du Seigneur

 

Charles de Foucauld de Jean-Jacques Antier – éd Perrin 

Après une jeunesse dissipée, le sous-lieutenant Charles de Foucauld, touché par la grâce dans le désert saharien, puis au cours d’une expérience en l’église Saint-Augustin à Paris, se convertit. Renonçant à son immense fortune, il s’engage dans une longue quête spirituelle qui procède d’un dépouillement absolu, à l’imitation du Christ.

 

Charles de Foucauld de Pierre Sourisseau – éd Salvator. 

Rédigée à l’occasion du centenaire de la mort de Charles de Foucauld, cette biographie de Pierre Sourisseau, archiviste de la cause de canonisation depuis plus de trente ans, est une œuvre magistrale. L’étude de la correspondance et de la bibliographie donne accès à la recherche du frère Charles, de son appel par Jésus dans la fidélité à l’Église, en innovant, par exemple, une figure de « prêtre libre », liée aux circonstances et aux lieux traversés.

 

… Et pour les enfants, une vie en BD

Charles de Foucault (Edition du Triomphe)
Charles de Foucault (en BD)

Prière d’abandon 

Mon Père,
Je m’abandonne à toi,
fais de moi ce qu’il te plaira.

Quoi que tu fasses de moi,
je te remercie.

Je suis prêt à tout, j’accepte tout.
Pourvu que ta volonté
se fasse en moi, en toutes tes créatures,
je ne désire rien d’autre, mon Dieu.
Je remets mon âme entre tes mains.
Je te la donne, mon Dieu,
avec tout l’amour de mon cœur,
parce que je t’aime,
et que ce m’est un besoin d’amour
de me donner,
de me remettre entre tes mains, sans mesure,
avec une infinie confiance,
car tu es mon Père.

*Cette prière est la prière commune à tous ceux et celles qui se réclament de Charles de Foucauld, partout dans le monde ; c’est pourquoi elle a été traduite dans beaucoup de langues.

Charles ne l’a pas écrite telle quelle : elle a été tirée d’une méditation plus ample, écrite en 1896, dans laquelle il cherchait à rejoindre la prière de Jésus sur la croix.

KTO.  En direct de Rome, suivez la messe de canonisation des dix nouveaux saints.

Vidéo de Chemin Neuf sur la vie de Charles de Foucault