C’est la rentrée

20 septembre 2021

Et vous, qu’est-ce que vous faites cette année ?

Pourquoi la sonnette ?

  • L’heure des résolutions a sonné
  • le vélo : un moyen de transport écologique
  • une invitation à se tenir en alerte
  • Aller moins vite et mieux profité de son environnement
photos : ©pixabay – montage : diocesedelaval.fr

Nous y sommes, c’est la rentrée ! Les conditions sanitaires causent toujours des difficultés, mais c’est à un nouveau départ que nous sommes appelés. Et vous qu’est-ce que vous faites cette année ? A vous les bonnes résolutions !

Les adultes sont de retour à la maison – n’oublions pas ceux qui n’ont pu partir –  l’enseignement reprend pour les enfants et les jeunes. C’est aussi l’occasion d’un retour aux exigences d’un temps qui est celui du travail, de la reprise des activités. 

Pour certains, la reprise du travail est difficile, car on prend d’autres habitudes, il en est de même pour ce qui concerne les scolaires, mais les vacances sont finies, vive la reprise des activités !  Il nous faut regarder ceux qui sont heureux en ce moment : l’enfant qui entre « à la grande école », le jeune qui a trouvé un travail, la personne âgée qui recommence à sortir un peu plus de chez elle pour aller voir ses amis : toutes ces personnes nous provoquent à l’action.

Il est venu le temps des résolutions

Une rentrée, c’est l’occasion de prendre des résolutions nouvelles pour mieux vivre notre existence. Il y a toujours des désabusés qui disent : « ce n’est pas la peine de prendre des résolutions, puisque je ne les tiens jamais ». Ce n’est pas vrai pour tout le monde heureusement, mais il y a des conditions pour que nos résolutions débouchent sur une action. Je prends deux exemples : celui qui veut faire plus de sport, et celui qui veut prendre plus de temps le matin, pour prier avant d’aller au travail. Dans les deux cas, si l’on fait cela pour imiter des amis, cela peut tenir, mais attention au découragement car ce n’est pas facile tous les jours. Si les motivations sont fragiles, cela ne tiendra pas. Ce qui compte, c’est que la personne voit les choses à entreprendre, non comme un fardeau, mais comme un moyen de VIE. Celui à qui l’on reproche sa sédentarité et qui se dit : « c’est vrai, je pourrais me bouger un peu plus, ne pas prendre ma voiture pour faire deux cents mètres, alors que je suis capable de marcher », celui-là est capable de comprendre qu’un peu plus de sport, c’est une chance pour lui.

Aller en eaux profondes

Celui qui prie un peu le matin, mais de façon bien rapide, peut, à la suite d’une rencontre, une retraite, se dire : «  si je prenais au moins dix ou quinze minutes pour lire la Parole de Dieu, avant d’aller au travail, ma journée serait éclairée par la Parole de Dieu ». Dans ce cas, la contrainte que cela peut apporter disparait pour le bienfait qui en ressort. Il faut aller en eau profonde, dans le meilleur de nous-mêmes, pour arriver à prendre des résolutions qui tiennent. Si nous en prenons plusieurs, ne soyons pas étonnés que pour certaines cela ne marche pas, c’est sans doute que les motivations n’étaient pas assez profondes

Tout un programme : la bienveillance

Qui ne voudrait pas accéder à la joie de Pâques, sans passer par le vendredi saint ? Ce n’est pas possible, notre vie est pascale, elle suit la route du Christ : l’opposition, la difficulté, la mort et la résurrection. Nous avons sans doute gardé le petit document qui a été donné dans les paroisses, il  y a quelques mois. Le titre est Ouvrons des chemins de joie. La loi 3 concerne la « bienveillance ». Voici ce qui est écrit au deuxième paragraphe :  « Ayant reconnu l’autre comme un frère ou une sœur, j’accueille en moi le désir  concret de créer du lien avec lui ». Tu as du prix à mes yeux devient pour nous  une règle de l’être et de l’agir : « Que veux-tu que je fasse pour toi ?». C’est un texte dense, très réfléchi. Après avoir pris conscience au cours des mois passés que chacun de nous est précieux aux yeux de Dieu, ce qui nous est proposé c’est de se comporter vis-à-vis des autres, en sachant que nous sommes appelés, à leur montrer par notre comportement que eux aussi sont précieux aux yeux de Dieu. Ce sera long, mais ne croyez-vous pas que c’est un moyen concret pour avoir un autre comportement vis-à-vis de tous ceux que nous rencontrons. Que l’Esprit Saint nous donne de marcher peu à peu sur ce chemin de « bienveillance » universelle. En route pour une bonne rentrée, pour semer des germes de résurrection autour de nous.

Père Roland Courné