Les Petites Sœurs de Marie-Mère-du-Rédempteur ont pris possession au mois de mars de leur maison totalement rénovée à Arquenay : une maison ouverte et accueillante, à l’image de ses habitantes !

Une nouvelle maison pour les Petites Sœurs de Marie

La communauté des Petites Sœurs de Marie-Mère-du-Rédempteur est présente depuis cinquante ans à Arquenay. Entre 2017 et 2019, leur congrégation connaît une grave crise, qui voit le départ de 29 Sœurs sur 35. La communauté d’Arquenay reste fidèle à Rome et représente le « Petit Reste » de la Congrégation. En ces temps difficiles, une nouvelle épreuve s’annonce pour les Petites Sœurs d’Arquenay : la maison dans laquelle elles sont installées est sur le point de s’effondrer, la poutre maîtresse menaçant de s’écrouler.

La question se pose alors : la communauté des Petites Sœurs de Marie doit-elle rester à Arquenay ? Leur faut-il partir ? Elles font alors le choix du cœur et de la fidélité, celui de rester dans ce petit village de Mayenne où elles ont tant œuvré. Leur présence compte énormément pour les habitants, pour leur paroisse Saint-Pierre-du-Maine et pour les Sœurs elles-mêmes. Leur vie va donc continuer, faite d’amitié et de proximité dans Arquenay, de disponibilité à la paroisse, de vie de prière cachée et rayonnante.

En attendant la fin des travaux, il leur faut trouver où se loger : elles sont d’abord accueillies par les Petits Frères de Marie-Mère-du-Rédempteur, au Prieuré de la Cotellerie, puis s’installent pour quelques mois dans une autre maison d’Arquenay qui leur servait d’hôtellerie mais qui par temps de pandémie se trouve fermée au public. Enfin, au mois de mars 2021, elles peuvent s’installer dans leur maison, la Communauté Notre-Dame de Nazareth, entièrement rénovée.

Pour mener à bien les travaux, les Petites Sœurs de Marie ont pu compter sur le soutien de la Fondation du Clergé, de la Fondation des Monastères, de Congrégations religieuses touchées par leur histoire ainsi que sur les dons de généreux donateurs. Au-delà de la sécurité, ces soutiens ont permis d’aménager un environnement adapté qui permettra aux Sœurs de rester dans leur communauté, même quand le poids des années se fera sentir.

 

La nouvelle maison des Petite-Soeurs basée à Arquenay
©diocesedelaval.fr

Une maison au service de leur charisme

« Une chose particulièrement nous émerveille », disent les Sœurs : « c’est combien la maison, son architecture, sont au service de notre charisme ». Leur charisme ? « Une vie offerte à Dieu à l’exemple de la Vierge Marie, une vie d’offrande, une vie eucharistique et mariale, une vie adoratrice et apostolique », répondent en chœur les Petites Sœurs.

La première chose qui frappe le visiteur, c’est la proximité avec l’église paroissiale : la maison des Petites Sœurs est presque adossée aux murs de Saint-Germain-d’Arquenay. « L’église vient compléter notre cloître », insiste Sœur Saint-Jean-Baptiste, « ou bien alors c’est nous qui appartenons à l’église… C’est signifiant n’est-ce pas ? C’est très fort pour nous ». Dans un coin du cloître, une statue de Marie de Nazareth veille sur la communauté.

Ce qui marque particulièrement les Sœurs, c’est combien les murs de cette maison révèlent quelque chose de la vie de la communauté. A l’arrière du bâtiment nouvellement rénové, les murs et l’église façonnent un cloître, image de la vie contemplative des Sœurs. De l’autre côté, les fenêtres donnent sur le carrefour et la vie du village : « Nous avons les deux faces de notre vocation, contemplative et apostolique, qui sont dites dans les murs », répète Sœur Saint Jean-Baptiste. « Nous ne l’avons pas cherché, cela nous a été donné ! »

« Notre vie eucharistique et mariale se voit en images dans la chapelle », explique encore la Sœur. Sur les murs, les icônes évoquent la vie du Christ et de la Vierge Marie : la Nativité, la descente de la Croix, la Pentecôte… Au cœur de la chapelle, le tabernacle : l’adoration eucharistique, plusieurs heures par jour, est au cœur de la vie des Sœurs.

©la-cotellerie.com
©la-cotellerie.com

Une maison faite pour accueillir

Le grand désir de la Communauté des Petites Sœurs de Marie pour cette nouvelle maison, c’est qu’elle soit une maison ouverte à tous, une maison accueillante. Ainsi, le grand verger aux abords de la maison est mis à la disposition de tous : chacun peut venir librement flâner, pique-niquer, jouer pour les plus jeunes, profiter de la beauté et du calme du lieu. L’hôtellerie, qui a elle aussi besoin de travaux, accueillera de nouveau bientôt tous ceux qui désirent vivre un temps de repos ou de retraite. La maison, elle, accueille largement celui qui se présente pour une rencontre, un temps d’échange et d’amitié, un temps de prière à la chapelle.

« Comme ces pierres qui ont rebâti notre maison, nous sommes les pierres enfouies qui serviront à la refondation », confient les Sœurs. Cette maison, réponse de la Providence à la Communauté des Petites Sœurs de Marie, est pour nous une occasion de plus de rendre grâce pour chacune des communautés religieuses de notre diocèse, elles qui témoignent sans relâche de l’Espérance qui les fait vivre.

Le verger de la maison d’Arquenay