Des bénédictions pour accueillir les saisons

Les bénédictions que nous prononçons sont la manifestation de la bénédiction initiale de Dieu sur l’humanité : « Il nous a bénis et comblés des bénédictions de l’Esprit, au ciel, dans le Christ » (Ep 1, 3), c’est pourquoi en retour, nous le bénissons : Béni soit Dieu !
Il s’agit donc, à travers ces bénédictions des saisons, de rendre grâce à Dieu pour le don qu’il nous fait du cycle des saisons tout en s’ouvrant au chemin spirituel qui en découle.

Si la famille semble le lieu de mise en œuvre de ces bénédictions, la catéchèse peut aussi s’en saisir pour permettre aux enfants de renouer un lien avec la création, tout autant que les paroisses.
Pour chacune des saisons, en fonction du lieu où l’on habite, on pourra partir dans la campagne, ou se réunir dans son jardin, ou ramener dans son appartement quelques éléments de la nature en lien avec la saison – branches, feuilles sèches, baies sauvages, champignons, pierres, lichen, épis de céréales, fleurs des champs, etc. – (en ayant soin de demander l’autorisation de cueillir ou de ramasser ces éléments) et les déposer dans le lieu réservé à la prière. Ensuite, nous pourrons prier selon les propositions ci-après. Les personnes présentes se distribueront les différentes interventions : conduire la prière, lire la parole de Dieu, dire les intentions de prière, etc. Les personnes seules s’organiseront pour solenniser ce moment.

L’Automne

Introduction :
Les saisons se suivent et passent, mais toujours nous nous rassemblons au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.
Dans un luxe de couleurs, la campagne s’habille d’or et de feu. Devant l’embrasement de la nature qui prélude au tournoiement des feuilles emportées par le vent, nous admirons, émerveillés, la création de Dieu. L’imaginaire divin s’offre à nos yeux sous une multitude d’effets que font monter à nos lèvres les mots de la louange et de l’action de grâce.

On pourra prendre le chant, ci-après, ou tout autre qui conviendra au début de cette célébration :

Louange à Dieu, Très-Haut, Seigneur,
Pour la beauté de ses exploits !
Par la musique et par nos voix,
Louange à lui, dans les hauteurs !
Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia (bis)
Louange à Lui, puissance, honneur,
Pour les actions de son amour :
Au son du cor et du tambour,
Louange à lui pour sa grandeur !
Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia (bis)
Tout vient de lui, tout est pour lui :
Harpes, cithares, louez-le.
Cordes et flûtes, chantez-le :
Que tout vivant le glorifie !
Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia (bis)
Texte : D. Rimaud ; musique : H. Schutz (si l’air de l’alléluia de Schutz)
Pour l’écouter : cliquer ici

 

Parole de Dieu :
Du livre de Ben Sira (42, 15-16.20-22.25b)
Je vais rappeler les œuvres du Seigneur. Ce que j’ai vu, je vais le raconter : c’est par sa parole que le Seigneur a réalisé ses œuvres, tel fut son décret par sa bénédiction. Comme le soleil, dans son éclat, regarde chaque chose, ainsi la gloire du Seigneur rayonne dans toute son œuvre. Aucune pensée ne lui a échappé, pas une parole ne lui a été cachée.
Il a organisé les chefs-d’œuvre de sa sagesse, lui qui existe depuis toujours et pour toujours ; rien n’y fut ajouté ni retranché : il n’a eu besoin d’aucun conseiller. Comme toutes ses œuvres sont attirantes, jusqu’à la plus petite étincelle qu’on peut apercevoir ! Qui se rassasierait de contempler sa gloire ?

On pourra choisir de chanter un répons, tel ci-dessous, ou tout autre qui conviendra.
Nous te louons, nous te bénissons, nous te rendons grâce, Seigneur notre Dieu. L. Deiss

Ou bien : De l’Évangile selon saint Jean (15, 5-8)
Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui là porte beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est, comme le sarment, jeté dehors, et il se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous. Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit et que vous soyez pour moi des disciples.

On pourra choisir de chanter un répons, tel ci-dessous, ou tout autre qui conviendra.
La gloire de Dieu notre Père, c’est que nous demeurions dans l’amour du Christ, la gloire de Dieu notre Père, c’est que nous portions beaucoup de fruit.
Texte : D. Rimaud ; musique : J. Berthier
Pour l’écouter : cliquer ici

 

Prière d’intercession :
On pourra choisir parmi les intentions ci-dessous et/ou en ajouter d’autres en lien avec les circonstances particulières.

Nous souvenant que Jésus eut pitié des foules affamées, rendons-lui grâce pour la création qui offre ses fruits pour que les hommes soient rassasiés.
R/ Nous te louons, Seigneur, et nous te bénissons.
Béni sois-tu, Seigneur, pour le monde et ses merveilles :
– donne aux responsables des nations de prendre soin de l’environnement.
Béni sois-tu, Seigneur, pour le rythme des saisons :
– conduis les familles à respecter le rythme de chacun de ses membres pour que tous grandissent dans la paix.
Béni sois-tu, Seigneur, pour les récoltes :
– rends les agriculteurs attentifs à l’épuisement des sols.
Béni sois-tu, Seigneur, pour le monde marin et aquatique :
– apprends-nous à renoncer au gaspillage de l’eau et aux produits qui la polluent.
Béni sois-tu, Seigneur, pour l’homme que tu as placé au cœur de ta création :
rends-nous sensibles à la dignité et au bien de nos frères en humanité.

 Notre Père.

Prière de bénédiction :
Nous te bénissons, Dieu tout-puissant, et nous te rendons grâce. Tu as donné la pluie et le soleil pour que les fruits de la terre parviennent à maturité jusqu’à l’arrière-saison. Accorde-nous de toujours te rendre grâce pour tes bienfaits en mettant nos talents au service de ceux qui peinent sur une terre stérile et qui manquent du pain quotidien. Que l’abondance des récoltes soit pour nous le signe de ta miséricorde inépuisable et qu’en louant ta bonté nous tournions nos regards vers le Royaume où chacun sera rassasié et consolé. Amen.

On pourra prendre le cantique de Syméon avant de quitter le lieu de la bénédiction.
Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël.

 Avec de jeunes enfants, on pourra utiliser le refrain suivant, soit au début de la célébration soit après la prière de bénédiction :
Sois béni, Seigneur des saisons, pour les fruits et les couleurs de l’automne, pour les arbres que les feuilles abandonnent pour tes merveilles nous te bénissons
Pour l’écouter : cliquer ici.

Télécharger le feuillet de la prière