Aujourd’hui, nous fêtons le baptême du Seigneur.
C’est un moment important dans la vie de Jésus,
car cet épisode du baptême marque le début de sa prédication,
de son engagement de prédicateur du Royaume des cieux.
C’est une étape essentielle où Jésus reçoit la bénédiction de son Père, cette voix qui dit :
« Toi, tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie ».
Jésus est ainsi revêtu du don de l’Esprit Saint, en vue du témoignage.
Même s’il ne fait aucun doute que bien avant le baptême
Jésus est déjà habité de l’Esprit-Saint,
ici, l’Esprit va le pousser à aller porter la Bonne Nouvelle à tous.
L’Evangéliste Luc, en plaçant cet épisode du baptême
dans les tous premiers chapitres de son évangile,
veut nous signifier que toute la vie de prédication de Jésus,
trouve sa source dans le baptême.
Par ce geste symbolique de l’eau, Jésus se voit envoyé en mission.

Si nous avons fait un lien entre le baptême et la mission en ce qui concerne Jésus,
nous pouvons également l’établir au sujet de notre propre baptême.
Nous aussi en raison de notre baptême,
nous sommes envoyés comme témoin de l’amour de Dieu.
Nous aussi, nous pouvons entendre personnellement cette Parole adressée à Jésus :
« Toi, tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie »
et reconnaître que nous sommes aimés de Dieu
d’une façon unique depuis notre baptême.
Certes, Dieu aime tous les hommes, en raison de son projet créateur,
lui qui a donné la vie à toute existence,
mais avec le baptême, il inscrit en nous, une marque nouvelle,
le sceau de son Amour, le don de son Esprit Saint.
C’est ce que la théologie explique en disant
que par le baptême se réalise une communion de vie,
commencement de la vie éternelle.
Cela est si vrai, que l’on ne baptise jamais deux fois la même personne.
Le don de Dieu est irrévocable, offert et donné pour toujours.
L’amour ne reprend jamais ce qu’il donne.

Le baptême nous envoie donc en mission.
Il nous destine à devenir des disciples-missionnaires
comme le pape François nous la rappelé
dans son exhortation apostolique « La joie de l’Evangile ».
Parce que nous sommes baptisés,
nous nous trouvons dans la situation de faire des choix de vie
qui s’inspirent de l’Evangile, à l’image de ce que Jésus a dit et fait.
Notre baptême, en conscience, nous appelle à rejeter les chemins du mal,
à résister aux tentations de l’égoïsme du péché.
Etre baptisés, cela doit se voir dans nos comportements quotidiens,
dans cette recherche, jamais terminée, de correspondre de notre mieux,
au projet de Dieu qui veut que l’amour habite nos pensées et nos actes.
Si notre société moderne semble parfois si loin du message évangélique,
où règne davantage la peur, la violence et la mort,
et les événements de l’actualité en sont souvent une illustration,
n’est-ce pas parce que le sel de l’Evangile s’affadit en nos vies,
que la lumière de l’Evangile ne brille que d’une faible intensité !

Nous sommes baptisés, ou en chemin de le devenir,
c’est ce qui nous relie au Christ et à l’Eglise.
C’est un sacrement qui nous engage à la fidélité envers le Seigneur
et à trouver notre place dans la grande famille des chrétiens
qu’est l’Eglise du Christ.
Au regard de ce sacrement reçu,
je peux me demander si je tiens vraiment ma place, aujourd’hui,
en donnant généreusement de mon temps,
dans un service concret pour que la paroisse assure sa mission d’évangélisation.
Est-ce qu’il est possible pour moi de distribuer le bulletin paroissial,
de participer à une équipe liturgique
qui prépare la célébration de la messe du dimanche,
de me retrouver dans un groupe de réflexion,
de me joindre à l’équipe du fleurissement de l’église
ou à celle du nettoyage de l’église ?

Il y a mille manières de rendre service et de participer
à ce que la paroisse devienne un véritable lieu d’évangélisation
et assure de la sorte sa vocation
de rassembler les baptisés autour de la table eucharistique.
Ce service fraternel qui vient de notre condition de baptisé,
ne dois pas me conduire à penser,
ce n’est pas à moi de faire ceci ou cela, aux autres de le faire !
La vie en Eglise appelle tous les baptisés à rendre témoignage de leur foi,
là où les circonstances les envoient.

A notre baptême, nous avons reçus le Saint Esprit
pour sanctifier chaque instant de notre vie.
Avec Lui, il est possible d’être des baptisés,
heureux de croire, heureux de témoigner de notre foi.
Si petites soient nos actions à nos yeux,
grandes elles le deviennent par l’amour de Dieu que nous y mettons.
Alors aimons Dieu, aimons nos frères, vivons notre baptême tout simplement. AMEN.