Et si la réponse était : « Oser aller à la rencontre de l’autre »

En ce mois d’octobre dédié à la mission universelle dans l’Église, nous sommes appelés à annoncer l’Évangile. Aller au pays de l’autre, comme l’a écrit notre évêque dans les Actes du synode. Ouvrons des chemins de joie ! Témoigner de l’Évangile exige souvent de sortir de nous- mêmes pour ressentir les attentes de nos proches. La mission commence au seuil de notre porte, par une attention à tous… par le biais d’une visite, d’un accueil d’une discussion. Cette ouverture peut nous permettre de retisser des liens entre nous. Les disciples demandent à Jésus : « Augmente en nous la foi. » Mais Jésus semble leur répondre que leur foi est en sommeil.

Qu’est- ce donc que la foi pour nous ?

La foi, c’est sûrement avoir une relation personnelle avec Jésus. Dans ma mission de curé, j’aime bien rencontrer des personnes qui ont foi en la vie… Foi en la vie de leurs enfants, de leurs petits- enfants, de leurs parents âgés. Un croyant n’est pas d’abord celui qui récite sans se tromper le crédo, mais plutôt celui qui du plus profond de son cœur crie vers Dieu qui peut le sauver. Le but de la mission n’est pas de convertir l’autre mais d’entrer en relation avec des personnes qui ne nous attendent pas forcément, qui n’ont rien demandé.

En cette nouvelle année pastorale, quel groupe de chrétiens vais- je rejoindre pour partager la Parole de Dieu, relire ma vie, partager ma foi ?

Père Jean-Luc Roblin  (Homélie du dimanche 2 octobre 2022 lors du rassemblement départemental de l’ACI )