C’est presque déroutant que l’Évangile de la fête de la Pentecôte ne parle pas que de l’Esprit Saint. Jésus prépare le terrain pour pouvoir aborder la question de la venue du Défenseur. Et pourquoi ? Parce que l’Esprit Saint ne peut agir que dans un cœur capable d’aimer. Car, seul, un cœur qui se sait capable d’aimer peut reconnaître qu’il a besoin d’aide, qu’il a besoin d’apprendre, de grandir, de s’épanouir.

           La Fête de la Pentecôte est, pour chacun et chacune de nous, une occasion de s’interroger comment nous nous laissons guider par l’Esprit Saint, comment nous accueillons l’amour de Dieu en nous. ? Par cette présence forte, mais en même temps discrète et silencieuse. L’Esprit Saint est « avant tout » la présence spirituelle de Jésus Ressuscité. Dans l’Eglise. Il est l’âme de l’Église. « Sans lui, le Christ serait resté dans le passé, l’Évangile serait lettre morte, et l’Église une simple organisation quelconque » ; mais avec l’Esprit Saint, le Christ ressuscité est présent, l’Évangile est force de vie. Il n’y a que l’Esprit Saint qui peut sanctifier l’Église, comme nous l’avons dit dans la prière d’ouverture :  « Aujourd’hui, Seigneur par le mystère de la Pentecôte, tu sanctifies ton église… ».

           Cette Église, c’est nous, chacun et chacune. La transformation de l’Église passe par la transformation de notre propre cœur. Ce n’est que par l’action de l’Esprit Saint que l’Eglise, donc nous, peut se convertir. Et c’est par l’Esprit Saint que l’Église devient communion. Je sais bien qu’il nous est peut-être difficile d’entendre cela, si nous nous tournons vers l’actualité de l’Eglise aujourd’hui. Mais c’est grâce au don de l’Esprit Saint que nous pouvons affirmer que, malgré les traversées du désert que l’Église peut vivre, grâce au don de l’Esprit -Saint donné à chacun et chacune, nous pouvons entrer dans la confiance, car nous savons que l’Église n’est pas une œuvre humaine, mais un désir du cœur même de Dieu. Et pourquoi parler de l’Eglise aujourd’hui ?

            Parce que le don de l’Esprit Saint est fait à la communauté réunie : « Tous furent remplis d’Esprit Saint », nous dit la 1ère lecture. Et cet Esprit de Dieu en nous, fait de nous des Fils de Dieu. Il nous introduit, d’une manière toute particulière dans l’intimité de Dieu. Car celui-ci n’est plus seulement au-dessus ou à côté de nous, il est en nous ! Et par le mystère de la Pentecôte, Dieu vient sanctifier chacun et chacune de nous, c’est-à-dire nous rendre entiers, nous unifier intérieurement et donc sanctifier l’Église !

            Et ce jour de la Pentecôte, il s’agit du don de l’effusion de l’amour de Dieu sur les apôtres et Marie réunis au Cénacle, ce don qui vient à la rencontre de leurs capacités à aimer et lorsque Jésus dit : « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements », il est en train de nous rappeler que l’amour pour Dieu et l’amour pour le prochain sont inexorablement unis. Chers frères et sœurs, demandons-nous quelle place nous laissons à Dieu dans notre vie ? Par le sacrement de Baptême et de Confirmation, notre capacité d’amour est habitée par l’amour de Dieu, mais pour que cet amour porte du fruit, nous avons besoin de nous mettre devant Dieu, avec humilité et simplicité, dans la prière et la célébration, pour lui demander son aide.

            Il nous envoie le Défenseur : ce défenseur qui nous défend de nous-mêmes, de notre tiédeur, de notre timidité spirituelle, de notre égocentrisme ou de nos envies d’avoir ce qu’appartient à l’autre. Ce Défenseur qui nous aide à nous souvenir que l’amour de Dieu se manifeste par nos actes, nos paroles et nos gestes et ce n’est qu’ainsi que notre Eglise peut être transformée et devenir la présence réelle de Dieu dans le monde. Laissons donc agir en nous, l’Esprit du Ressuscité ! Soyons ses disciples ! AMEN.