Vous portez, beaucoup parmi vous, à votre main un anneau que vous appelez alliance. Vous vous l’avez remise un jour, en signe d’amour et de fidélité, à celui ou celle que vous aimez. Et cette alliance est aussi pour vous, époux chrétiens, le signe de l’alliance, de l’amour de Dieu pour vous.

             L’Église nous invite en ce 27ème dimanche à célébrer avant tout cet amour de Dieu par lequel et pour lequel nous sommes faits. « Il n’est pas bon que l’homme soit seul, lisions-nous dans la première lecture, je vais lui faire une aide qui lui correspondra » Ne cherchons pas dans la Bible le « comment » de la création : les scientifiques nous disent, le plus souvent fort humblement, ce qu’ils savent et ce qu’ils présupposent ; En revanche, la Bible nous dit le « pourquoi » de cette Création.

Pourquoi Dieu est-il Créateur ? C’est tout simplement parce qu’il nous aime : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; » La passion de Dieu, c’est le « bon »… le bon-heur de l’homme. Dieu,aujourd’hui comme hier, est créateur d’un homme qu’il aime, d’un homme qu’il veut de plus en plus libre, de mieux en mieux « partenaire-libre » de son projet d’amour. Partenaire !  Ainsi dans la Bible, c’est à l’homme qu’est confiée la responsabilité de nommer toute chose, tout être vivant. Or « donner un nom », c’est une des manières d’être de Dieu, c’est un de ses privilèges, puisque « donner un nom », c’est faire exister en reconnaissant l’autre… et cette « manière d’être » divine, Dieu la confie à l’homme. N’est-ce pas ce qu’avaient compris saint François d’Assise, fêté demain et sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus fêtée ce vendredi 1er octobre.

             Notre deuxième lecture le Lettre aux Hébreux aborde la question fort difficile de la souffrance. Et nous pouvons nous demander avec tant de nos contemporains : « Mais pourquoi   donc Dieu a-t-il créé la souffrance ? « Tout-puissant qu’il est, pourquoi ne pas avoir fait un monde sans souffrance ? » Et vous avez entendu : « Puisque la créateur et maître de tout voulait avoir    une multitude de fils à conduire jusqu’à la gloire, il était normal qu’il mène à sa perfection, par     la souffrance, Celui qui est à l’origine du salut de tous. » Nous  sommes alors, ici, dans la suite du mouvement de Création que nous venons d’évoquer  dans la 1ère lecture : Dieu crée parce qu’il aime. Et tous les amoureux vous le diront : quand on aime, on accepte le risque de la souffrance.  Les parents le savent mieux que d’autres, eux qui souffrent tant des maladies ou des bêtises de leurs enfants. Quand on aime, on court toujours le risque de la souffrance ! C’est l’amour qui sauve. Dieu est amour. Voilà pourquoi Dieu n’a pas voulu faire l’économie de la souffrance. Mystère si profond et si simple de la Croix, de la vie donnée ! Notre Dieu est un Dieu donné, livré.

              Et nous voici de plain-pied pour « accueillir » la question « mal posée » des pharisiens  dans l’évangile de saint Marc : « Est-il permis de renvoyer sa femme ? » Le permis et le défendu sont souvent des questions d’hommes immatures ou d’hommes durs : « C’est en raison de l’endurcissement de votre cœur que Moïse a formulé cette loi. » Et Jésus d’inviter ses interlocuteurs, y compris nous aujourd’hui, à épouser son projet d’amour tourné vers l’autre !   

              A travers le langage imagé du Livre de la Genèse, l’Église nous fait redécouvrir que chacun a besoin des autres pour épanouir toutes ses possibilités et aussi que chacun de nous est au service des autres pour les aider à s’épanouir totalement. L’attrait de l’homme pour la femme et la joie de la femme d’accueillir l’homme sont l’expression de l’amour que Dieu lui-même met en eux pour qu’ils se complètent. Même si les époux sont faibles, parfois même infidèles l’un à l’autre, Dieu, qui est Amour, ne cesse pas de leur offrir la force de son Amour pour les rendre capables de se pardonner et de reprendre la route ensemble avec confiance. Epoux, vous avez reçu la bénédiction de Dieu au jour de votre mariage, mais maintenant, c’est chaque jour qu’il faut croire que Dieu veut vous donner sa Lumière et sa Force pour inventer concrètement votre amour et vivre ensemble vos joies et vos peines. Vous aussi, frères et sœurs restés célibataires, et vous qui avez perdu celui ou celle que vous aimiez, Dieu vous appelle à retrouver la joie de vivre dans l’amour. Ne vous enfermez pas dans votre peine, ou dans vos regrets, acceptez plutôt de répondre aux appels de tous ceux qui vous entourent, donnez-leur de votre temps, ils redonneront l’espérance à vos journées. Frères et sœurs, cela n’est pas un rêve, mais un chemin qui est proposé à chacune et chacun, car l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint. Comme Marie, il nous suffit d’accueillir ce don de Dieu en rendant grâce au Seigneur qui veut nous faire vivre pleinement en aimant de son amour. AMEN.