Place des jeunes et responsabilité des femmes dans l’Église, transition écologique, conversion personnelle, engagement des chrétiens dans l’Église et dans la société… Ce ne sont que quelques-uns des sujets débattus par les membres de l’Assemblée synodale, réunis à huis clos de vendredi à dimanche à Pontmain pour sa deuxième session. Pour l’occasion, la basilique a été transformée en véritable « hémicycle » diocésain.

On a parlé aussi de la piété populaire et de la valorisation de notre patrimoine religieux ; de préférence pour l’écoute mutuelle, du changement de regard… et aussi d’accueil, de conversion personnelle, de l’urgence d’une vie plus sobre, du besoin de fraternité missionnaire, de l’engagement social 

 

Quelle chance, qu’on nous donne la parole !

 Autant dire que les chrétiens veulent changer de style, apprendre ensemble à mieux vivre l’Évangile ; et ils l’ont exprimé clairement à travers cette session. Quelle chance l’évêque leur donne, en leur donnant la parole ! 

Notre synode est un voyage au pays de l’autre” a fait remarquer l’évêque en introduisant cette session. “Que notre discernement débouche sur de véritables inventions d’amour fraternel ; il est temps d’initier des dialogues dans ce monde aimé de Dieu”. 

 

Un travail sérieux et fraternel

Pendant ces deux jours, les membres ont alterné rencontres en commissions et débats communs dans la basilique, dans un esprit fraternel, profond et vrai. Pas de critique, mais une écoute mutuelle et respectueuse qui a grandement contribué à la qualité des échanges. 

 

Et les jeunes, qu’attendent-ils vraiment de l’Eglise ? 

Le samedi soir la veillée des jeunes ambassadeurs du synode a été l’occasion pour eux de redire les souhaits exprimés par les 800 jeunes Mayennais qui ont, eux aussi, réfléchi en équipes synodales cet hiver. Ils souhaitent plus de relations inter-générationelles, organiser des rassemblements entre différentes cultures, retirer des homélies plus de conseils sur les manières de prier, une question à méditer. D’autres aimeraient être formés pour pouvoir parler de leur foi, créer aussi des associations avec des fidèles et d’autres personnes, sans forcément que ce soit « catho », ou bien encore redynamiser les paroisses rurales, par exemple en faisant de la pub, organiser des groupes de soutien et de prière, proposer des boites à intentions de prière dans les églises…

 

Rendez-vous à la rentrée pour le 2e carnet de route

Les propositions votées vont servir à l’élaboration du 2ème carnet de route. Dès la rentrée, les équipes synodales pourront s’élargir à de nouvelles personnes et plancher sur ce deuxième carnet. N’hésitons pas à inviter, n’hésitons pas à accueillir !… Nous avons jusqu’à fin octobre 2019 pour envoyer notre compte rendu.

Entendu pendant l’Assemblée

Mgr Thierry Scherrer : Si l’on veut que notre synode porte des fruits, on ne pourra pas faire l’impasse de la lecture de l’exhortation apostolique post-synodale du Pape François : La Joie de l’Évangile. C’est une Bible de pastorale diocésaine.

Votre évêque est fier de vous. Il vous remercie de manifester le désir de vouloir relever ensemble des défis. Nous sommes au milieu du gué, et nous voyons déjà que se dessinent des orientations précises.

Gérard Le Stang, théologien du synode : Vous dites qu’il ne faut pas convaincre ? Mais moi je vous dis, au contraire : il est bon de vouloir convaincre quelqu’un du désir de connaître Dieu.

Régine Chardonnet, coordinatrice du synode : Quand on voit tout ce que l’on voit aujourd’hui, et quand on vous voit ici, on ne dit que vous avez de la chance, les Mayennais, de vivre un synode.

Fait historique et inédit, la basilique a été transformée
en véritable hémicycle.
Pendant la veillée du samedi, les jeunes ont mis en scène
leur réflexion exprimée dans leurs équipes synodales.
Pour chaque thème de travail, les votes ont été enregistrés
et affichés à l’écran instantanément grâce à ce boîtier de comptage.
Des membres du secrétariat du synode à l’action.

Un nouveau séminariste pour la Mayenne

La messe de clôture célébrée en fin d’après-midi sur l’esplanade a rassemblé les fidèles venus nombreux. L’évêque a annoncé l’entrée au séminaire d’un jeune Mayennais, Paul, originaire de Château-Gontier. Il entrera au séminaire Saint-Jean de Nantes début septembre. Il vient de consacrer une année de réflexion et de formation à la Maison Charles-de-Foucauld, à Saint-Pern, près de Rennes. Le diocèse de Laval compte désormais trois séminaristes, avec Vincent et Thomas.

Le plus beau diocèse du monde

Mgr Scherrer a célébré samedi matin le 11e anniversaire, jour pour jour, de son ordination épiscopale, entouré des membres de l’Assemblée et de quelques paroissiens. Il leur a déclaré son amour pour la Mayenne et ses diocésains d’une bien belle manière : “Ce matin, je voudrais vous redire le prix que vous avez à mes yeux. Vous êtes, vous aussi « mes amis », comme dit Jésus, vous êtes mes frères et mes sœurs, vous êtes aussi mes enfants, car il y a dans le cœur de tout évêque, quel que soit son âge, des sentiments profonds de vraie paternité : vous êtes ceux et celles que le Seigneur m’a donnés en cadeau il y a 11 ans en me confiant le ministère apostolique dans le plus beau diocèse du monde. ” 

Les trois séminaristes du diocèse de Laval.
De gauche à droite, Thomas, Paul et Vincent,
prêts pour la procession mariale du samedi.
L’évêque a confié comme un secret son affection pour son diocèse.