« Cette Parole de l’Écriture, que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit. » En le disant avec humour, cette Parole de Jésus est la plus courte des homélies. Plus sérieusement, la prédication de Jésus donne une indication de taille pour toute homélie qui cherche à actualiser la Parole dans les circonstances précises des temps et des lieux, en disant « c’est aujourd’hui ». Plus encore, elle indique combien Jésus, en proximité d’amour pour tous les blessés de la vie, est lui-même Parole de Dieu, accomplissement de la promesse de Dieu pour son peuple.

Essayons de mieux comprendre :
La Parole qui est proclamée lors de nos liturgies, la Parole qu’on peut lire et méditer seul ou en Église, cette parole ne se limite pas à une simple lecture. Nous croyons qu’elle est Parole Vivante de Dieu.
A travers les récits bibliques et le chant des psaumes… à travers les évangiles et les écrits apostoliques de l’Église naissante, nous croyons que c’est le Seigneur notre Dieu et Père qui nous parle, mieux encore qui entre en conversation avec nous.

L’Écriture sainte témoigne de l’alliance entre Dieu et son peuple. Cette Parole, il nous faut l’entendre, l’écouter, la laisser entrer en nous, afin qu’elle nous saisisse, nous renouvelle, nous façonne selon le désir de Dieu.
Les croyants d’Israël font cette expérience depuis des siècles comme nous le rappelle la lecture du livre de Néhémie, écrit lors de la reconstruction du Temple de Jérusalem après l’exil à Babylone. La structure de la liturgie chrétienne de la Parole s’inspire largement de la liturgie décrite dans ce passage du Livre de Néhémie… Auquel s’ajoute en ce dimanche, cette lettre de St Paul aux Corinthiens qui associe Parole de Dieu et Baptême dans l’Esprit Saint pour l’unité, la communion et l’édification du corps du Christ.

La Parole de Dieu prend chair en nous jusqu’à ce que nous devenions ce que nous sommes depuis notre baptême, à savoir des fils et des filles de Dieu, des membres du corps du Christ, un corps uni dans la diversité et la complémentarité des fonctions. Qu’est-ce que cela nous permet de vivre ? Trois choses :
-notre union au Christ comme membre de son Corps
-notre attention fraternelle et chrétienne à l’égard des autres membres
-notre place unique dans le corps qui est l’Église du Christ.

Reprenons quelques instants ces trois aspects :

– notre unité au Christ comme membre de son Corps est vital. Le Christ nous unit à lui en donnant sa vie, sa parole… mais notre réponse d’amour au Fils de Dieu, quelle est-elle ? Etre membre du Corps du Christ, nous appelle à nous unir à lui dans la prière, l’écoute de sa Parole et la communion à sa vie, et dans tous les actes ordinaires de notre vie.

– la deuxième chose à vivre : notre attention fraternelle et chrétienne à l’égard des autres ; nous avons à réaliser que les autres -nos frères et sœurs en humanité- sont comme nous tous, aimés de Dieu… et en tant que membres du Corps du Christ, la Parole de Dieu nous appelle à œuvrer pour le bien de tous, pour le bien du corps entier. C’est là que notre foi doit être constamment en éveil afin de vivre l’unité du Corps du Christ.

-enfin, St Paul nous dit la complémentarité des membres du Corps. Et « chacun pour sa part », avec ses talents ou compétences, son charisme, est invité à prendre part à la vie de l’Eglise, et certains reçoivent le don d’une mission pour le bien du corps entier. Déjà, beaucoup en cette paroisse œuvrent dans de nombreux domaines pour la vitalité de la communauté chrétienne, et d’autres peuvent ou pourraient être appelés à contribuer à la mission de l’Église.

Rappelons-nous le début de cet évangile, Saint Luc s’adresse à son ami Théophile qui veut dire « ami de Dieu, celui qui est aimé de Dieu et qui aime Dieu ». Nous sommes tous aujourd’hui des ‘Théophile’ et nous entendons l’évangéliste nous confier les fondements du christianisme : la vie d’amour et de miséricorde de Jésus donné pour sauver, relever, ressusciter l’homme, et sa Parole de Vie donnée pour éclairer tous les événements de notre vie.

En ce dimanche de la Parole de Dieu, Jésus proclame une Bonne nouvelle : « Cette Parole de l’Ecriture, que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit. » Elle veut être une Parole vivante, une Parole d’amour pour les petits, les pauvres et les pécheurs, envers tous ceux qui, aujourd’hui, souffrent dans leur corps et dans le cœur et qui ont tant de besoin d’amour et de miséricorde.

Seigneur, vois ton peuple rassemblé, tes enfants venus pour t’écouter.
Ouvre nos oreilles à ta voix.
Ouvre nos cœurs à ta Parole.
Fais de nous des messagers de ton Évangile, aujourd’hui.