Une fois de plus nous sommes au cœur du Message de l’Evangile, le Message dont nous avons certainement le plus grand besoin pour ouvrir un avenir à notre humanité. Mais le Message aussi que nous avons le plus de mal à vivre !

Quand on voit toutes les brouilles, tous les refus de dialoguer, toutes les cassures qui se vivent jusque dans nos vies de famille, dans le voisinage, dans les milieux de travail, et même avec nos amis, comment entendre et surtout accueillir ces paroles du Christ concernant l’amour de ceux qui nous font du mal, et le pardon offert à tous ! C’est bien au-delà de nos forces. Et c’est totalement à l’opposé du monde dans lequel nous vivons, y compris au niveau des rapports entre les différents groupes à l’intérieur d’un pays, ou entre les pays eux-mêmes. Tout se règle de plus en plus par la violence, l’intolérance, la volonté de dominer ou de détruire les autres par tous les moyens…

Aussi, que le Christ nous demande de vivre l’amour des autres jusqu’au pardon offert à tous ceux qui nous veulent ou nous font du mal, cela apparaît non seulement bien au-delà de nos seules forces, mais encore comme de la pure folie !

Effectivement avec nos yeux humains, c’est de la pure folie. Mais c’est la folie que Dieu lui-même est venu vivre au milieu de nous par son Fils Jésus. Car s’il a choisi de se faire l’un de nous, c’est pour vivre un Amour bien plus qu’à taille humaine, un Amour qui va jusqu’au pardon offert à tous… à tous les pécheurs qu’il a rencontrés, à M-Madeleine, à Zachée, au bon larron,.. mais aussi jusqu’à tous ceux qui l’ont arrêté, condamné, crucifié, sans oublier ses propres apôtres qui l’ont trahi, renié, abandonné..

Il ne s’est donc pas contenté de nous donner un programme de vie, mais lui-même l’a vécu jusqu’au bout, sans aucune limite. Et c’est par cette folie de l’Amour et du Pardon, qu’il nous a sauvés et nous a ouvert un avenir radicalement nouveau où nous sommes appelés à faire triompher l’amour et le pardon pour vivre en frères.

Bien sûr, il n’y a que Dieu qui peut aimer jusque-là. Mais c’est aussi la mission qu’il nous confie par notre baptême : avec la force de l’Esprit-Saint, « nous aimer les uns les autres comme lui-même nous a aimés » pour « être miséricordieux comme Dieu notre Père est miséricordieux ». Nous savons trop bien que nous en sommes tous très loin. Mais c’est sur ce chemin qu’il nous donne rendez-vous chaque matin. C’est vers cet horizon qu’il nous invite à marcher. Aussi gardons notre cœur sans cesse tourné avec confiance et persévérance vers cet horizon pour que nous fassions au moins quelques pas dans ce sens. Car c’est le seul véritable chemin d’avenir pour le « vivre ensemble » autour de nous et pour notre humanité… Aussi, disons-nous que chaque pas que nous faisons dans ce sens, c’est une victoire pour nous, mais aussi pour l’humanité..

Et nous savons trop bien à quel point c’est urgent et vital aujourd’hui. Dans notre vie les uns avec les autres, si nous ne vivons pas l’ouverture du cœur à tous, si nous ne vivons pas le dialogue et le pardon, nous allons droit dans le mur, autour de nous, en Europe et dans le monde.

Heureusement, même si les médias ne nous en parlent pas suffisamment, il existe au quotidien des milliers et des millions d’hommes et de femmes, de tout âge, de toutes conditions et de toutes convictions qui, sans faire de bruit et encore moins de violences et de casse, font œuvre de réconciliation, de fraternité et de paix, même si parfois on les traite de rêveurs et de naïfs…

Et même si c’est exigeant et parfois démoralisant, d’être obligés de toujours recommencer, finalement ils y trouvent un véritable bonheur et en apportent autour d’eux.

Puissions-nous être toujours plus de ceux-là. AMEN !