Nous célébrons aujourd’hui le dernier dimanche de l’Avent. A la fin de la semaine, nous allons revivre les festivités de Noël. Mais que signifie pour nous que le Christ soit venu dans notre monde ? Sommes-nous disposés à choisir et à accueillir ce Dieu-avec-nous ? les lectures de ce quatrième dimanche de l’Avent nous présentent l’expérience du roi Acaz et celle de Joseph.

Dans la première, nous avons le récit d’une annonciation. Ce récit cache derrière lui une histoire dramatique du peuple d’Israël. En effet, le peuple était menacé d’invasion par des royaumes voisins. Face à cette situation inquiétante, le jeune roi Acaz avait une grande responsabilité. C’était une question de foi : faut-il compter sur le Dieu de l’Alliance ou les dieux païens ? Pris de panique, le roi Acaz offre des sacrifices aux idoles et abandonne le vrai Dieu. Et c’est alors que vient la prophétie d’Isaïe pour inviter le roi à revenir au Dieu qui sauve : « Voici que la vierge est enceinte, elle enfantera un fils qu’elle appellera Emmanuel, c’est-à-dire Dieu-avec-nous ».

A l’approche de Noël, que nous inspirent ces paroles d’Isaïe ? Souvent, dans nos moments d’épreuves et de panique, nous choisissons « des dieux qui ne sauvent pas ». Face à nos problèmes et à nos difficultés, nous nous réfugions dans des solutions faciles au lieu de prendre avec courage le chemin du discernement et de l’écoute de la voix du Seigneur qui résonne dans nos cœurs. En effet, le Dieu-avec-nous qu’annonce Isaïe est le Dieu qui sauve. C’est ce Dieu que nous sommes appelés à choisir même dans les moments les plus difficiles. Et une des situations difficiles est bien celle que rencontre Joseph.

En effet, pendant que Marie est disposée à accomplir la volonté de Dieu, Joseph reste encore perplexe. La grossesse de Marie déroute son projet de vie. De fait, l’Amour infini de Dieu pour le monde devient pour Joseph une épreuve. Cependant du fond de sa désolation, Joseph reste un homme de foi. Il n’a pas été juste selon la loi, mais c’est sa foi en la Parole de Dieu qui l’a rendu juste. Joseph a su faire silence pour écouter la voix du Seigneur qui lui parlait. Et il s’est rendu disponible, comme Marie, à entrer dans le dessein de Dieu. Joseph entre ainsi dans un projet divin, et fait entrer Dieu dans l’humanité à travers la lignée de David. Joseph sauve le projet divin en décidant de se dessaisir de son projet personnel. Comme Marie, le « oui » de Joseph a permis la venue du Sauveur dans notre monde.

A l’approche de Noël, nous sommes tous appelés à imiter Joseph. Joseph a été un homme de foi : un homme qui a su écouter la voix de Dieu. Comme Joseph, nous devons, nous aussi, faire preuve de foi et de discernement surtout dans nos moments les plus difficiles. Dans nos vies et dans nos relations avec nos frères et sœurs, les épreuves et les imprévus ne manquent pas. Cependant nous sommes invités à dépasser notre amour propre, nos égoïsmes, nos projets personnels pour nous rendre plus disponibles à écouter et à discerner la volonté de Dieu.

Alors que signifie pour nous célébrer Noël cette année ? Aujourd’hui, Dieu veut passer par nous pour se manifester au monde. Aujourd’hui Dieu veut passer par nous pour donner une paix, une joie, une sérénité à un prochain. Comme Joseph, ne fermons pas notre cœur à ce projet de Dieu. Célébrer Noël, c’est ne pas avoir peur d’accueillir la voix du Seigneur qui résonne dans nos cœurs. Célébrer Noël, c’est prendre chez soi Marie, car ce fruit qu’elle porte vient de Dieu. C’est le Dieu-avec-nous, c’est le Dieu qui sauve. AMEN.