La dernière phrase de l’évangile de ce dimanche donne la force, l’Esprit de Dieu, et le sens de la mission de tous les baptisés appelés à servir. « Le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude ».

Les baptisés que nous sommes tous sont appelés à aimer, à servir, à vivre de la Bonne Nouvelle de l’Évangile.  Et nous ne pouvons pas attendre que d’autres réalisent le travail à notre place : nous sommes les amis de Jésus, ses disciples, et nous pouvons appelés, parrainés, accompagnés d’autres disciples en étant nous-mêmes témoins et missionnaires de notre foi. C’est l’invitation de la lettre aux hébreux entendue en 2ème lecture : « Tenons ferme l’affirmation de notre foi ».

Puissions-nous raviver notre foi à la source de l’Évangile et mieux comprendre que, par notre baptême, nous sommes appelés à être ‘disciples-missionnaires’ sans chercher à siéger à la droite ou à la gauche du Christ. La mission chrétienne, la mission des baptisés n’est pas d’abord un « faire pour le Christ », elle est en tout premier lieu un « être avec le Christ ». C’est comme cela que nous serons témoins authentiques au cœur de notre monde.

Puissions-nous nous porter les uns les autres dans la joie de la mission et ne plus se contenter de dire dans son coin, ‘y’a qu’à’, mais de mieux voir et rendre grâce dans la prière devant tant de belles choses vécues, réalisées, ou encore à réajuster ou à améliorer afin que notre paroisse soit pleinement missionnaire. De mon côté, humble serviteur au milieu de vous et avec vous, je rends grâce pour ces baptisés qui accueillent des enfants avec leurs familles en catéchèse, ou qui demandent le baptême, ou la communion, ou la confirmation, ou encore ces jeunes gens qui font le projet de se marier religieusement, ou encore celles et ceux qui sont accompagnés dans leurs difficultés sociales, dans leurs souffrances, dans leurs deuils aussi…

Les fils de Zébédée de l’Évangile peuvent rejoindre aujourd’hui notre questionnement : ils s’approchent de Jésus, de l’Eglise pour lui dire : « Maître, ce que nous allons te demander, nous voudrions que tu le fasses pour nous. » La réponse de Jésus est éclairante : il accueille la demande mais avec une limite : « siéger à ma droite ou à ma gauche, ce n’est pas à moi de l’accorder », dit-il. Et Jésus ajoute : « le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie… »

Le Christ se fait Serviteur de Dieu, et Dieu connaît les cœurs et accueillent les humbles de cœur.  Dans la première lecture, le prophète Isaïe parle du Serviteur souffrant, du juste qui verra la lumière : « par lui, ce qui plaît au Seigneur réussira ».

Jésus se fait l’humble serviteur et nous invite à faire de même, par amour. La mission universelle de l’Eglise est de vivre, au-delà des frontières, la charité du Christ.

Aujourd’hui, pour avancer avec assurance vers le Dieu qui nous comble de son amour, les chrétiens sont appelés 

  • à être les mains du Christ pour le service de leurs frères et sœurs ;
  • à être le cœur du Christ pour engendrer l’amour, la charité en actes et en vérité dans toute notre vie ;
  • à être la voix du Christ pour que le cadeau de la foi reçue à notre baptême ne se perdre pas dans les sables, mais qu’il soit transmis de génération en génération.

Relevons enfin ce que Jésus dit à Jaques et Jean, les fils de Zébédée quand ils se disputent les premières places près de lui dans le Royaume, et sans bien réaliser ce qu’ils demandent.  Jésus révèle progressivement son avenir et notre avenir en enseignant ses apôtres : « Celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur… »  En prenant la dernière place, celle du serviteur, Jésus ne fait pas de réprimande à ses disciples, il donne l’exemple, il donne sa vie.

Humblement, demandons au Seigneur :

  • apprends-nous à te servir sans chercher la première place.
  • apprends-nous à te servir à travers celles et ceux qui nous entourent, que nous aimons ou que nous n’aimons pas assez.

Seigneur, donne à tous la force d’aimer et la joie de servir…

Fais de nous les serviteurs de ton Évangile.

« Que ton amour, Seigneur, soit sur nous, comme notre espoir est en toi ! » (Psaume 32)