A ce moment de notre célébration, de notre prière commune où nous venons d’entendre la Parole de Dieu qui nourrit nos vies, nos esprits et nos cœurs, nous arrivons au sommet de notre prière où nous sommes invités à regarder, contempler, rendre grâce, dire merci :  en un mot ÊTRE EN UNION, en COMMUNION avec Jésus, le Christ qui prie son Père et qui donne sa vie pour que tous aient la vie de Dieu en abondance.

                         Chers enfants avec vos familles, vous êtes là parce que vous avez le désir très fort de recevoir la nourriture de Dieu, la vie donnée de Jésus par sa parole et son pain de vie partagé.

                         Vous êtes là parce que, depuis que vous faites un beau bout de chemin avec vos catéchistes et vos familles, vous avez faim de belles choses : faim de pain pour grandir dans la vie, dans la foi, dans la vie chrétienne… vous avez faim de grandes joies, de voir et rencontrer des gens heureux, tant en famille, qu’à l’école ou dans nos communes et dans le monde.

                         Jésus dans l’évangile nous donne son amour, nous appelle à aimer, il veut pour chacun de nous et l’humanité entière le vrai bonheur : cette joie parfaite pour que nous puissions demeurer dans son amour, dans sa joie, et que nous portions du fruit, c’est-à-dire faire tout notre possible pour vivre dans la joie et la paix que nous recevons de lui.

                         Aujourd’hui, nous formons une belle assemblée, nous sommes la famille des chrétiens heureuse d’accompagner ses enfants pour chanter avec eux et accueillir la vie donnée de Jésus. 

                         Et si pour les enfants, il s’agit de la première communion, cela ne veut pas dire l’unique… car le Seigneur nous invite tous à le rencontrer souvent, lui qui nous aime plus que tout. Et Jésus nous appelle à recevoir le don de son amour afin qu’à notre tour, nous puissions faire un choix :  choisir d’aimer !  

                         Ils sont nombreux ceux qui ont fait ce choix avant nous et c’est grâce à eux que la joie de l’Évangile est arrivée jusqu’à nous ; il y a aussi ceux qui nous sont donnés par l’Eglise et qui ont aimé comme Jésus : ce sont les saints de notre histoire chrétienne que nous vénérons, que nous prions.

                  Et en ce moment même, à Rome, le Pape François élève à la sainteté plusieurs français dont Charles de Foucauld, qui dans le désert, s’est fait apôtre de la pauvreté évangélique et du dialogue entre les religions dans le Sahara algérien. Il dira dans sa prière : « Mon Père, je m’abandonne à Toi, je remets mon âme entre tes mains. Je te la donne mon Dieu avec tout l’amour de mon cœur, parce que je t’aime. »   Quel bel écho à l’évangile entendu par tous les visages de sainteté connus et inconnus !

                 Chacune, chacun de nous, à sa mesure, peut donner humblement dans sa vie, de belles réponses à l’appel de l’évangile en ayant toujours à cœur de choisir d’aimer : aimer Dieu et aimer son prochain.

                 Avec la joie dans notre cœur, nous entendrons, tout-à-l’heure, cette invitation : « Heureux les invités au repas du Seigneur ».

                 Nous sommes tous les amis et les invités de Jésus : il désire notre joie, il nous donne sa vie afin que nous demeurions dans la joie avec lui.

                 La messe devient alors une belle rencontre de notre vie unie à celle de Jésus où enfants, jeunes et moins jeunes sont toujours invités à la table de la Parole et à la table de l’Eucharistie, pour devenir la table fraternelle des frères et sœurs envoyés pour annoncer la joie de l’Évangile.