Qui est Jésus pour nous ? Voilà la question centrale qui nous est posée en ce dimanche. Les réponses des uns et des autres peuvent être variées ; certains diront : « Jésus est un homme généreux… un sage… il a fait des miracles… » Qui est Jésus pour nous ? C’est aussi à cette question que les enfants et les jeunes essaieront de répondre tout au long de l’année de catéchisme ou d’aumônerie ; ou encore les parents qui demandent le baptême pour leur enfant ; ou des jeunes qui se préparent au mariage ; ou des familles en deuil qui cherchent la lumière de l’espérance.

Et nous tous rassemblés en ce dimanche, appelés à témoigner de notre foi, que dirions-nous ?

L’évangile de ce dimanche est très éclairant.  Jésus sonde les siens : « Qui suis-je pour vous au dire des hommes ? »  Le dialogue de l’évangile a lieu en plein territoire païen : cette manière de faire de Jésus rejoint la marche tâtonnante des disciples dans leur foi naissante et fragile.

Si Jésus pose cette question, ce n’est pas par curiosité. Lui-même sait mieux que personne ce qu’il y a dans le cœur de l’homme (Jean 2. 25).  Son but est de mieux préparer ses disciples à son enseignement et que leurs cœurs s’ouvrent à sa Bonne Nouvelle.

Jésus entend les différents points de vue : certains le prennent pour Jean Baptiste ou un prophète revenu à la vie ou encore pour Elie dont on attendait le retour. Personne ne voit en lui le Messie promis par Dieu.

Qu’en est-il aujourd’hui ? La Bonne nouvelle est arrivée jusqu’à nous. Nous avons la chance de connaître le trésor de notre foi ou nous aimerions le connaître davantage mais nous avons du mal à rendre compte de l’espérance qui nous anime et à dire notre joie d’être baptisés, amis du Christ Jésus.

Même si nous découvrons autour de nous de l’ignorance, nous ne pouvons pas, en tant que croyant, pratiquant, aller dans le sens d’un monde sans réflexion, sans vie spirituelle, sans expression de foi.

Dans l’Evangile, Jésus s’adresse plus précisément à ses apôtres, il leur demande : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »  Et nous avons entendu la belle réponse de Pierre : « Tu es le Messie ».

Mais nous voyons que Pierre n’a pas tout saisit.   Il n’accepte pas l’idée d’un Messie persécuté qui doit mourir sur la Croix. Il est le « Serviteur souffrant » dont parle Isaïe dans la première lecture.

Aujourd’hui, Jésus nous appelle à le suivre : « Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive ».

Pour nous, comme pour Jésus, le chemin de la foi sera un chemin partagé entre difficultés et joies, entre souffrances et espérances.

Dans l’Evangile de ce dimanche, Jésus prend en compte la souffrance du cœur et du corps de l’homme… Il la porte dans sa chair, dans le don de sa vie sur la croix.  Sa croix, si nous suivons le Christ, devient sa proximité d’amour pour chacun de nous…et nos croix, très différentes ou plus lourdes pour certains, entrent en communion avec la croix de Jésus appelée à devenir arbre de vie, vie ressuscitée : telle est notre foi !

Jésus est, pour le disciple, pour chacun de nous, « le chemin, la vérité et la vie » : il est lumière sur nos pas.  Sa Parole de Vie se réalise dans l’événement de sa Pâque, de sa résurrection et de sa confiance qu’il donne à Pierre, malgré sa faiblesse, puis aux apôtres et à tous les disciples pour qu’ils annoncent la joie de l’Evangile.

Qui est Jésus pour nous ? Nous comprenons mieux, en méditant cet évangile, qu’il ne suffit pas de donner des réponses toutes faites. Il faut surtout se demander quelle place Jésus tient dans notre vie de tous les jours.  Est-il Celui que je m’efforce de suivre ? Est-il Celui que je mets au centre de ma vie. Suis-je capable de me ressourcer à la lumière de l’Evangile pour donner du sens à ma vie, à ma vie chrétienne ?

Avec la force de l’Esprit-Saint, que chacun puisse vivre en actes la prière du psaume : « Je marcherai en présence du Seigneur sur la terre des vivants ».

Seigneur,

     ouvre nos cœurs à Ta Parole

     et aide-nous à mettre en pratique ton message d’amour ;

     que ton Esprit inspire nos paroles et nos actes

     et qu’ils deviennent des signes concrets de notre foi,

     comme nous le suggère l’apôtre Jacques

 

Fais de nous tous des messagers de Ta Bonne Nouvelle dans notre monde qui a tant besoin d’amour et de paix.

Seigneur, que cette célébration nous aide à vivre en vrais disciples de Jésus.

Fortifie tous tes enfants de ta présence infinie d’amour et spécialement celles et ceux qui, aujourd’hui, reçoivent humblement une mission pour te servir.